Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda: toujours pas d'entente de principe

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Caisse populaire Desjardins de Rouyn-Noranda dénonce l'impasse dans laquelle il se trouve avec son employeur.

Après deux journées de négociations à la fin novembre, aucune entente de principe n'a encore été conclue. L'offre globale déposée par l'employeur ne convient pas.

Il y a eu des avancements au niveau des évaluations de rendement, mais le côté salarial pose toujours problème. Le Syndicat maintient sa demande d'augmentation de salaire de 1 % pour 2020, ce qui lui est refusé par l'employeur.

La présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Caisse populaire Desjardins de Rouyn-Noranda, Isabelle Frelas, déplore la situation.

« 2018, 2019, on est pratiquement au point où on demandait, les écarts ne sont quand même pas énormes, et puis là pour 2020 ou 2021, tout dépendant de la durée de la convention qu'on signerait, on a 1% d'écart. Ce qu'on demande à l'employeur, dans le fond, c'est de s'engager à réduire cet écrat-là, de négocier pour qu'on puisse en arriver à une entente. »

- Isabelle Frelas

De plus, selon Isabelle Frelas, le porte-parole de la Caisse Desjardins n'est pas disponible pour négocier de nouveau avant le 23 janvier et aucune nouvelle date de pourparlers n'a été arrêtée.

Le Syndicat dispose encore de quatre jours de grève à utiliser au moment opportun. Un état de situation sera présenté aux membres lundi prochain, mais il ne devrait pas y avoir de grève avant les Fêtes.