Cannabis dans les lieux publics: Rouyn-Noranda consulte avant de statuer

Rouyn-Noranda n'a toujours pas pris position sur les endroits publics où il sera permis de consommer du cannabis une fois légalisé, le 17 octobre.

La loi provinciale prévoit déjà plusieurs interdictions à cet effet, mais la Ville doit décider si elle ira plus loin dans sa réglementation.

Une vingtaine de personnes seulement ont pris part à la consultation publique sur le sujet, mardi soir. Plus de 1 000 personnes ont rempli le sondage en ligne.

Des citoyens présents étaient préoccupés par l'odeur du cannabis ou les comportements parfois dérangeants que des personnes intoxiquées pourraient avoir en public.

Cette citoyenne étale ce qui l'inquiète.

« J'ai une jeune enfant, donc c'est sûr que c'est quelque chose qui m'interpelle. C'est de voir si nos enfants vont être plus exposés? Peut-être pas non plus. C'est vraiment de l'inconnu encore. C'est surtout au niveau des événements que ça me dérange peut-être un peu plus. Ça va être à voir avec le temps. »

Une citoyenne présente à la consultation

La Loi prévoit déjà qu'il sera interdit de fumer ou de vapoter du cannabis partout où il est interdit de fumer ou de vapoter du tabac.

D'autres points à considérer

D'autres citoyens présents ont mentionné que si les interdictions de consommation incluaient les festivals et événements, cela pourrait avoir des impacts économiques.

L'avocat criminaliste Marc Lemay a soulevé le point que si un lieu précis était déterminé pour la consommation, on pourrait voir l'apparition de "ghettos", ce qui serait à éviter.

La Ville prendra en compte les commentaires avant d'adopter son règlement final à cet effet, qui entrera en vigueur juste avant la légalisation.

La mairesse, Diane Dallaire, estime que d'autres discussions sont nécessaires.

« Pour l'instant, il n'y a pas d'orientation. On voulait absolument consulter nos citoyens et nos citoyennes et les organismes, notre comité de vigie et tout ça, on voulait s'inspirer des gens et des préoccupations avant de prendre la meilleure décision possible. »

Diane Dallaire

La Ville de La Sarre a récemment décidé d'interdire le cannabis dans tous les endroits publics. Diane Dallaire aurait aimé plus de discussions entre les municipalités, afin d'harmoniser les règlements dans la région.

Zonage modifié

La Ville a aussi a présenté son projet de règlement de zonage sur les lieux où un point de vente de la Société québécoise du cannabis du Québec (SQDC) pourra s'implanter.

Cinq zones ont été retenues: le projet Senator et près de la SAQ, près du Tigre Géant et sur la rue Gamble, entre l'avenue Québec et la rue Principale.

Audrey Folliot, Bell Média. Josée Banville présente les cinq zones retenues pour l'implantation possible d'une SQDC (en jaune sur la carte).

La Ville s'est concentrée dans le pôle central et des secteurs achalandés, entre autres, explique la directrice de l'Aménagement du territoire et de l'urbanisme, Josée Banville.

« La réglementation provinciale indique que ça doit être à 250 mètres d'un lieu d'enseignement. Nous, on s'est donné aussi d'autres balises. On a aussi regardé les distances par rapport aux garderies en installation, et on a aussi regardé c'était où par rapport à nos parcs, pour essayer que ce soit à une bonne distance. »

Josée Banville

Si personne ne se prononce contre ce projet de règlement ou ne demande de modifications, il sera adopté le 15 octobre et entrera en vigueur le 19 novembre.

50 zones ont été déterminées pour la culture de cannabis dans les différents quartiers. Aucune n'a été retenue au centre-ville ni à Évain en raison de la densité de population.

Tous les projets de règlements de modification de zonage sont à titre préparatoire seulement alors qu'aucun projet n'a été déposé à Rouyn-Noranda.