Chirurgies: les délais d'attente sont excellents dans la région

Dans la région, près de l'entièreté des chirurgies sont réalisées dans les délais prescrits par le gouvernement.

C'est ce que nous indique le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue.

La direction a réagi aux données sur l'utilisation des blocs opératoires, rendues publiques par le Journal de Montréal.

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, l’utilisation maximale est de 40 heures par semaine.

Or, selon ces données, les blocs opératoires d'Amos (47 %), Val-d'Or (42 %) et Rouyn-Noranda (34 %) n'ont même pas été utilisés à moitié en 2015-2016.

Impossible d'atteindre le 100 %

Le directeur adjoint aux affaires médicales et à la Direction des services professionnels et de l'enseignement universitaire au CISSS, Gérard D. Boulanger, nuance.

Atteindre le 100 % est impossible, puisque les besoins sont moins grands en raison de la densité de la population.

« Dans les grands centres, ils opèrent 248 jours ouvrables par année. Dans notre région, il faut tenir compte aussi des périodes, comme la période d'été, il y a une réduction des activités de bloc, il y a aussi une réduction pendant les Fêtes et à la relâche. On tient compte davantage du temps d'attente des patients. »

En chirurgie oncologique, par exemple, 92,5 % des patients ont été opérés en deçà des 28 jours prévus, et 100 % en mois de 56 jours.

Pour le reste des chirurgies, comme pour un genou ou une hanche, le délai ciblé est de 6 mois. En date du 27 mai, seulement 7% des gens attendaient depuis plus longtemps que ça.