Commission Viens: bilan positif de cette première semaine

La première semaine de travaux est terminée pour la Commission d'enquête sur les relations entre les autochtones et certains services publics, à Val-d'Or.

Huit personnes ont livré des témoignages devant l'ex-juge amossois, Jacques Viens.

Ils ont tous laissé entendre qu'il existe un racisme systémique envers les autochtones sur lequel il faut agir.

Le procureur en chef de la Commission, Me Christian Leblanc, parle d'une première semaine instructive.

« On a eu trois chefs de conseils de bande de trois communautés algonquines, disons de l'est de la région, du territoire anicinabe, qui nous démontrent assez clairement que, même d'une communauté à l'autre à l'intérieur de la même région et de la même nation, il y a des réalités différentes. »

Les travaux reprennent lundi. Trois personnes seront entendues.

La Sureté du Québec, la Sécurité publique et le Directeur des poursuites criminelles et pénales témoigneront aussi au courant de la semaine.

En ensuite?

Pour la première tranche, d'ici au 20 juin, 25 groupes ou individus vont prendre la parole.

Le mandat de la Commission est d'analyser la prestation des services dans les domaines de la santé et des services sociaux, de la protection de la jeunesse, des services correctionnels, de la police et de la justice.

Elle se déplacera ensuite dans plusieurs villes du Québec pour recueillir d'autres témoignages.

La Commission va porter sur les événements des 15 dernières années et doit se terminer en novembre 2018.