Des injections de vitamine C en région pour le maire de Preissac

Atteint d'un troisième cancer, le maire de Preissac poursuit son combat pour des soins de proximité en oncologie et vient de signer une petite victoire.

Stephan Lavoie reçoit maintenant ses deux injections de vitamine C chaque semaine au CLSC d'Amos. Il a reçu la première il y a un peu plus d'une semaine. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue lui fourni un local et une infirmière.

Auparavant, le maire devait se rendre à Montréal pour obtenir ce traitement, ce qui est épuisant pour lui.

« Tu manques d'énergie, tu es fatigué, et les effets de l'immunothérapie, et le voyage aussi d'aller à Montréal, au final, tu deviens de plus en plus fatigué. Je suis vraiment content que le CISSS-AT m'ait entendu et respecte aussi mon droit de patient de fin de vie. »

- Stephan Lavoie

Il salue aussi l'arrivée d'un travailleur social à Amos, qui peut offrir du soutien psychologique aux patients.

Davantage de soutien

Nouvellement père d'une petite fille et grand-père, Stephan Lavoie profite de chaque instant. Il travaille notamment avec une psychologue à Montréal afin de faire le deuil.

Malgré ces moments difficiles, il est symbole de positivisme. Il continue de militer pour de meilleurs services d'aide pendant les combats et une plus grande ouverture aux produits naturels.

« C'est beau de faire un centre de cancérologie [à Rouyn-Noranda], je suis vraiment content qu'il y en ait un qui va voir un jour le jour, mais ça va prendre du personnel dans ce centre-là et ça va prendre aussi des alternatives. Il faut laisser la chance aux gens qui sont malades de pouvoir utiliser d'autres médicaments que les médicaments qui viennent de la pharmaceutique. »

- Stephan Lavoie

Attend d'un troisième cancer, le maire de Preissac, Stephan Lavoie, reçoit une injection de vitamine C à Amos.

Gracieuseté Facebook. Atteint d'un troisième cancer, le maire de Preissac, Stephan Lavoie, reçoit une injection de vitamine C à Amos.

Chaque injection de vitamine C coûte 150 $ et chaque injection d'immunothérapie, 12 000 $. Ces produits ne sont pas couverts par l'assurance maladie.

Stephan Lavoie continue de partager son histoire sur Facebook, ce qui apaise sa douleur et qui en inspire d'autres à travers le monde.

« Je pense que, comme exemple à mes enfants, ce que mes parents m'ont appris, c'est de faire le don de soi-même. Si je peux, moi, en aider d'autres, je viens de réaliser ce que j'avais à faire comme papa, comme ami, comme maire, je vais l'avoir fait. Je suis très fier de le faire, » conclut-il.