Des livres sur les Premiers Peuples dans les écoles de la CSOB

La Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois (CSOB) s'est récemment dotée d'une toute nouvelle collection de livres sur les Premiers Peuples. C'est un projet qui cadre bien avec l'année internationale des langues autochtones.​

 

Grâce à une subvention de 8 000 $ du ministère de la Culture, 450 ouvrages imprimés et édités au Québec ont pu être achetés.

Les élèves des Premiers Peuples pourront aussi mieux s'y retrouver, croit la directrice des ressources éducatives à la CSOB, Marny Bell.

« Ce qu'on souhaite, c'est vraiment que l'élève autochtone puisse de reconnaître, parce que les livres qui existent présentement dans nos bibliothèques, c'est surtout des livres d'enfants blancs, tandis que là, avec les livres autochtones, c'est des personnages autochtones, ça parle de leur histoire, de leur culture. Ce qu'on veut, c'est vraiment l'ouverture sur le monde. »

- Marny Bell, directrice des ressources éducatives

Les jeunes autochtones pourront aussi développer un sentiment de fierté et un sentiment d'appartenance grâce à ces livres.

Les élèves de l'école Papillon d'Or de Val-d'Or découvrent les livre autochtones.

Audrey Folliot, Bell Média. Les élèves de l'école Papillon d'Or de Val-d'Or découvrent les livre autochtones.

Favoriser la réconciliation

En place depuis août, l'agente de développement auprès des jeunes autochtones et leur famille à la CSOB, Maude Goulet, travaille beaucoup à favoriser l'ouverture sur le monde et salue cette collection.

Elle estime qu'il est important de sensibiliser les jeunes aux autres cultures.

« On a toujours peur de ce qu'on ne connait pas, donc découvrir la culture autochtone, ça nous permet de faire des liens, faire des ponts entre les cultures. C'est ce qui va nous permettre de se réconcilier, d'avoir des relations qui vont être positives, et encore une fois, de permettre la meilleure connaissance des défis qu'on a aujourd'hui à relever entre nos deux cultures. »

- Maude Goulet, agente de développement auprès des jeunes autochtones et leur famille

Maude Goulet ajoute qu'il faut parler davantage de l'histoire récente que de ce qui s'est passé en 1 700, pour comprendre les sévices vécus par les autochtones et certains problèmes sociaux actuels qui peuvent en découler.

Il y a 69 titres différents, et chaque école primaire et secondaire a reçu ou en recevra une vingtaine.

Le bibliothécaire Pierre Van Eeckhout  fait d'ailleurs la tournée des écoles depuis près de deux mois pour présenter la collection aux enseignants et aux élèves.

Plus de 280 élèves autochtones fréquentent le primaire et le secondaire à la CSOB en 2018-2019.