Des prélèvements abitibiens perdus dans le transport

La porte-parole du Parti québécois en matière de Santé, Diane Lamarre, dénonce la perte de centaines d'échantillons humains suite à leur transport et s'inquiète du projet Optilab.

À l'Assemblée nationale, elle a donné l'exemple de Rouyn-Noranda, où une ponction de moelle osseuse a dû être refaite parce que le spécimen avait été perdu.

Diane Lamarre demande à Gaétan Barrette de mandater des experts neutres pour évaluer la sécurité, les coûts et les économies du projet.

Elle accuse le ministre de la Santé de traiter le dossier de façon comptable sans penser aux malades.

« C'est fait sans compassion, sans rassurer sur les alertes, sur les risques pour les malades. Ces alertes sont nombreuses, elles viennent de toute part. Pendant ce temps, les experts demandent au ministre des garanties quant à la traçabilité et aux délais des résultats. »

Le ministre de la Santé, de son côté, continue de plaider en faveur de la centralisation des analyses.

« Les humains qui vont en profiter sont les malades et les gens qui sont en besoin, parce que les 75 millions de dollars, à terme, d'économies qu'on va faire dans ce système-là, on va le réinvestir notamment en soins à domicile. »

Val-d'Or aurait vécu la même situation avec la perte d'un prélèvement réalisé suite à une infection pulmonaire, selon le Journal de Montréal.

Rappelons que le Centre intégré de santé et de services sociaux a proposé son alternative régionale à Optilab.