Été 2019 pour le projet Odyssey de Canadian Malartic

La construction des rampes d'accès du projet souterrain Odyssey, à Malartic, débutera à l'été 2019 si tout va bien.

La Mine Canadian Malartic, qui gère le projet, est en attente des différents permis gouvernementaux.

Odyssey visait d'abord la mise en valeur de deux zones minéralisées, à 3 kilomètres à l'est du centre-ville de Malartic.

Le directeur aux évaluations de projets à la Mine Canadian Malartic, Richard Harrisson, a présenté l'avancement du projet aux gens d'affaires de Rouyn-Noranda.

Ç'a pris de l'ampleur depuis la présentation aux médias et aux Malarticois, en décembre 2017.

« Ça avance bien, on a fait l'ajout des zones East Malartic, donc ça fait maintenant partie du projet Odyssey. Il y a d'autres études qu'on a à faire par l'ajout des zones East Malartic, alors on espère avoir les permis en Q1 2019 pour permettre le début des rampes en Q2 2019. »

Le plus gros défi sera la faible teneur en or sous terre, qui est de deux grammes par tonne.

S'adapter à la pénurie

Le projet Odyssey est à l'étude depuis 2011 et évalué entre 200 et 500 millions de dollars, au minimum.

L'usine et le parc à résidus miniers de l'actuelle fosse de la mine à ciel ouvert Canadian Malartic seraient utilisés par Odyssey.

La nouvelle mine serait une continuité du projet Canadian Malartic et mènerait à la création de quelque 400 emplois pendant au moins 10 à 15 ans.

La pénurie de main-d'oeuvre est un défi mais n'inquiète pas trop le directeur aux évaluations de projets, Richard Harrisson.

« C'est des avenues qu'on regarde beaucoup, automatisation et électrification. On a déjà nos gens qui travaillent dans la fosse, donc on prévoit un transfert avec de la formation, on devrait être en mesure d'y arriver. »

Des consultations sous forme de cafés-rencontres devraient avoir lieu dans les prochains mois. L'exploitation devrait débuter en 2021 si tout va bien.