Feu vert à l'agrandissement du CHSLD de Macamic

Le CHSLD de Macamic en août 2019. Il sera agrandi, un projet attendu depuis plus de 10 ans.

Après plus d'une décennie d'attente, le projet d'agrandissement du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Macamic, en Abitibi-Ouest, reçoit le feu vert du gouvernement Legault. La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, était sur place pour en faire l'annonce.

 

Un nouveau bâtiment inspiré des meilleures pratiques d'hébergement sera construit et annexé au CHSLD existant. Il comprendra 80 chambres individuelles climatisées et les résidents actuels y seront transférés.

L'endroit sera équipé de gicleurs et comprendra de plus grands espaces multifonctionnels

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, était sur place pour en faire l'annonce. Elle a indiqué avoir à coeur de développer les services dans les régions éloignées, alors que les personnes âgées veulent souvent vivre dans leur région jusqu'à la fin de leurs jours.

« Les gens qui sont hébergés en CHSLD, 80 %, ce sont des personnes atteintes de maladies d'Alzheimer ou de troubles cognitifs majeurs. Ce qu'on veut, c'est créer des environnements qui répondent à leurs besoins, faire en sorte que les gens aient plus d'espace. On veut abaisser les antipsychotiques, et pour ça, il faut qu'il y ait plus d'éducateurs spécialisés, il faut qu'il y ait de la zoothérapie, il faut qu'il y ait de la musicothérapie, il faut qu'il y ait des activités. C'est ce genre de services qu'on veut aussi offrir dans les 80 places qu'on va construire. »

- Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés

Le fait que les deux bâtiments soient connectés permettra un meilleur accès aux services communs, comme la buanderie et les services alimentaires. Ça permettra aussi de bonifier le service régional de réadaptation, offert à Macamic.

« L'unité de réadaptation fonctionnelle intensive, qui est régionale, est actuellement de 15 lits, exclusivement en MRC d'Abitibi-Ouest. On va pouvoir bonifier à la fois les locaux, les professionnels et l'utilisation de ce service-là ici. »

- Caroline Roy, présidente-directrice générale du CISSS-AT

Caroline Roy, Marguerite Blais et Suzanne Blais lors de l'annonce de l'agrandissement du CHSLD de Macamic.

Audrey Folliot, Bell Média. Caroline Roy, Marguerite Blais et Suzanne Blais lors de l'annonce de l'agrandissement du CHSLD de Macamic.

La députée d'Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, a été insistante auprès de la ministre pour faire avancer ce projet, qu'elle avait promis de mener à terme en campagne électorale. Elle a même indiqué avoir le sentiment d'avoir gagné à la loterie avec cette annonce.

« Très heureuse de cette grande nouvelle-là, surtout pour la communauté et surtout pour tous les résidents. Un bel espace physique, excellent pour le personnel aussi et aussi pour les familles. Chaque résident va avoir sa chambre. Ç'a toujours été une priorité de respecter la dignité des gens. »

- Suzanne Blais, députée d'Abitibi-Ouest

Une bonne fois pour toute?

Déposé pour la première fois en 2013, mais souhaité depuis plus de 10 ans, annoncé cinq fois, le projet semble être en voie de se réaliser pour de bon cette fois.

Le projet n'est pas chiffré, mais Marguerite Blais assure que le projet a été approuvé par le ministère de la Santé et que le financement est attaché et budgété. L'option de rénover l'établissement existant avait été étudié, mais balayée, car elle ne permettait pas de répondre adéquatement aux besoins.

La ministre Blais estime que les délais sont malheureux, mais tente de les expliquer.

« Il y a beaucoup d'annonces qui sont faites, mais si l'argent n'est pas au rendez-vous, si les fils ne sont pas attachés avec le Conseil du trésor, avec le ministère des Finances, le ministère de la Santé et des Services sociaux, on a beau faire des annonces, mais la construction ne peut pas se faire. Ça coute assez cher faire des constructions comme cela. Il y a un respect actuellement, l'argent est là, les différents ministères concernés ont approuvé, alors on est capable d'être ici pour l'annoncer. »

- Marguerite Blais

Le président du conseil d'administration du CISSS-AT et ancien maire de Macamic, Claude Morin, se réjouit de l'annonce, mais demeure tout de même prudent.

« Finalement, on sent la volonté de la ministre, et je pense qu'elle est revenue en politique pour les bonnes raisons, de dire, je vais le réaliser. Elle a mis comme sa tête sur la bûche aujourd'hui en disant, je veux être là quand ça va être construit. Dans le fond, on fait ça pour le monde, pour accueillir nos gens, pour bien les traiter. »

- Claude Morin

L'actuelle mairesse de Macamic, Lina Lafrenière, est aussi très heureuse de l'annonce et indique qu'elle y croit, alors que les premiers pas ont déjà été faits. Elle promet toutefois de veiller à ce que le projet se réalise. Même son de cloche pour le directeur général de la MRC d'Abitibi-Ouest, Normand Lagrange, qui parle d'une très belle annonce pour les services offerts aux personnes vulnérables.

Les premières étapes de réalisation sont déjà commencées et se poursuivront plus intensivement en 2020 et 2021 sous la gestion de la Société québécoise des infrastructures, en collaboration avec le ministère et le CISSS.

Le plan clinique a déjà été déposé pour identifier les besoins, et dans les prochains mois sera réalisé le programme fonctionnel et technique. On ignore toutefois quand le projet doit être livré.