Fini, les poissons-appâts

Québec va de l'avant avec l'interdiction d'utiliser des poissons-appâts vivants, souvent appelés ménés, pour la pêche partout au Québec.

L'utilisation du méné vivant était déjà interdite depuis plusieurs années dans la région.

La nouvelle réglementation entre en vigueur le 1er avril, tout comme celle interdisant les ménés morts pendant la période estivale.

Les poissons-appâts morts seront encore permis pour la pêche hivernale dans les zones où c'était déjà autorisé.

Ces mesures sont mises en place afin de limiter la propagation d'espèces aquatiques envahissantes, comme la carpe asiatique.

Pour le pêcheur professionnel de Team Canada Pro, le Rouynorandien David Gagnon-Larivière, ça ne change rien.

« J'avais un sac de ménés l'été pour commencer la saison, mais il y a beaucoup de leurres maintenant sur le marché qui peuvent faire office justement, de méné, des leurres souples ou des poissons-nageurs. Le monde va devoir s'habituer si c'étaient des pêcheurs de dandinettes avec un méné. Pour ma part, c'est sûr que ça va rien changer. »

Attention à la carpe asiatique

Le ministère que de la Faune a répertorié une sous-espèce de ce poisson, la carpe de roseau (en photo), dans plusieurs des 110 sites testés à travers le Québec au cours des deux dernières années.

Ce poisson est extrêmement vorace ayant comme caractéristiques de détruire les herbiers et se nourrir de jeunes spécimens des autres espèces.

En province, la pêche sportive génère 8 655 emplois et des retombées économiques majeures.