Gazoduq veut construire une conduite de gaz naturel qui passera par l'Abitibi-Témiscamingue

Corridor projeté Gazoduq

L'entreprise Gazoduq entamera sous peu des consultations publiques en vue de la construction d'une conduite souterraine de gaz naturel, qui passerait par l'Abitibi-Témiscamingue.

Cette conduite de transport de 750 km relierait le nord-est de l'Ontario et Saguenay, dans le but d'approvisionner son principal client, Énergie Saguenay.

C'est un futur complexe de liquéfaction de gaz naturel, alimenté par l'hydroélectricité, d'où il est ensuite prévu d'exporter vers l'Europe et l'Asie, notamment.

Le tracé de la conduite n'est pas encore défini puisque Gazoduq veut travailler avec les communautés.

Le porte-parole de Gazoduq et conseiller aux relations avec les communautés, Julien Neveu-Villeneuve.

« On a ciblé un corridor qui fait 750 km de long et 60 km de large, pour vous donner une idée c'est environ entre Val-d'Or et Amos, et ce qu'on dit aux gens, c'est que dans ce corridor là, on veut déterminer avec eux le meilleur endroit possible pour faire passer la conduite de gaz naturel qui va être souterraine. »

​- Julien Neveu-Villeneuve

Rouyn-Noranda est notamment comprise dans le corridor préliminaire.

Gracieuseté Gazoduq. Voici le corridor projeté pour la conduite de gaz naturel de Gazoduq.

Acceptabilité sociale primordiale

Gazoduq prévoit retenir un tracé qui sera éloigné des zones densément peuplées et qui considérera les milieux sensibles.

Chez nous, ça implique de se tenir loin du lac Abitibi et des aires de répartition du caribou forestier, entre autres.

Les communautés autochtones seront aussi impliquées, alors que certaines ont déjà été approchées.

L'acceptabilité sociale est primordiale, assure le porte-parole de Gazoduq, Julien Neveu-Villeneuve.

« C'est un projet industriel de grande envergure et pour nous, en 2018, ce genre de grand projet là, ça se fait avec les gens, en communiquant de façon transparente l'information aux gens, en les écoutant, et surtout en appliquant leurs recommandations. Le but, c'est de sortir de ce projet-là avec le meilleur projet pour la région, autant au niveau du développement économique qu'au niveau environnemental et au niveau du respect des citoyens. »

​- Julien Neveu-Villeneuve

Des consultations publiques sont prévues dans la région dans les prochaines semaines et tout au long du projet. Les dates seront annoncées bientôt sur le site web de l'entreprise.

Un BAPE prévu

Puisqu'il traverse l'Ontario et le Québec, le projet devra se soumettre aux processus réglementaires provinciaux et fédéraux. Des audiences du BAPE y sont incluses.

Le projet est en phase de planification. La construction devrait débuter en 2022 et le gazoduc mis en service en 2024.

Il y aura des retombées pour la région, termine Julien Neveu-Villeneuve.

« On est nous-mêmes une entreprise québécoise, on veut travailler avec des Québécois, donc il y aura des opportunités dans la région pour les entreprises, et lors de l'opération du gazoduc, il y aura évidemment paiement de taxes municipales, on parle de millions en taxes municipales, donc ce sera à suivre dans les prochaines semaines, prochains mois. »

- Julien Neveu-Villeneuve

Du côté du Saguenay, les membres de la nouvelle coalition pour la protection du Fjord s'inquiètent et comptent bien assister aux consultations.