Gens de l'Abitibi-Témiscamingue, « Osez repenser le PQ »

Paul St-Pierre-Plamondon est de passage en Abitibi-Témiscamingue pour parler de l'avenir du Parti Québecois.

L'ancien candidat à la chefferie veut connaitre les préoccupations et les attentes de la population dans le cadre de sa tournée « Osez repenser le PQ ».

Conseiller spécial à Jean-François Lisée au renouvellement du PQ, Paul St-Pierre-Plamondon a la vision d'un Québec ouvert sur le monde.

« C'est un Québec qui rayonne et qui s'affirme, et ça, ça va passer par le Parti québécois, parce que le Parti libéral nie l'existence québécoise, coupe dans tout ce qui touche l'identité québécoise, la Fête nationale, etc. On a besoin d'un Québec qui s'assume, qui est fier, qui donc exporte et rayonne. »

2 700 personnes ont déjà été rencontrées à travers le Québec et leurs attentes sont grandes, reconnait Paul St-Pierre-Plamondon.

« Les gens veulent pouvoir se fier au Parti québécois. Les gens aussi, je pense, en ont marre de l'austérité. Ils veulent savoir qu'ils peuvent passer par le Parti québécois pour revoir le soutien à l'économie sur une base régionale, revoir une lutte aux inégalités, à certaines injustices, par de gens qui ont la compétence pour le faire. »

Le conseiller spécial n'exclut pas un rassemblement des forces souverainistes pour défaire les libéraux, mais la façon de faire est à étudier.

Les différentes solutions apportées serviront à écrire la prochaine plateforme électorale du Parti pour l'élection de 2018.

Il y aura une consultation publique lundi soir au Deuxparquatre Pub Brut de Rouyn-Noranda dès 18h30. Mardi, il se déplacera à 11h30 au Rouge Café de La Sarre et à 18h30, au Bar à poutine chez Morasse de Val-d'Or.

Des rencontres privées sont aussi prévues à Amos et avec la communauté de Pikogan.

Dans son rapport intérimaire pour mieux relancer le PQ, St-Pierre-Plamondon a émis 108 recommandations.

Parmi celles-ci, il propose d'amener les membres d'exécutifs de 70 ans et plus à céder leur siège aux moins de 40 ans.

Il suggère aussi un rapprochement avec les néo-québécois et les enfants d'immigrants.

Le rapport final est attendu à la fin avril.