Gilles Chapadeau s'attaque à la pénurie de main-d'oeuvre

Gilles Chapadeau propose une meilleure concertation des différents acteurs pour attirer, retenir et intégrer de la main-d'oeuvre.

Le candidat du Parti québécois dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue se désole que des entreprises manquent des opportunités d'affaires ou doivent fermer par manque d'employés.

Gilles Chapadeau s'engage donc à mieux financer les organismes communautaires, autant à Rouyn-Noranda qu'au Témiscamingue, afin qu'ils puissent mieux accompagner les entrepreneurs et les immigrants.

« Tous ces organismes en employabilité ont une expertise, soit pour le retour au travail de ceux qui peuvent potentiellement travailler, soit pour la main-d'oeuvre autochtone, soit pour les jeunes, soit pour ceux aussi qui sont à la retraite, qui sont qualifiés et qui auraient peut-être le goût de revenir sur le marché du travail. Mais encore faut-il qu'il y ait une cohésion pour qu'on utilise oui, la main-d'oeuvre immigrante, mais aussi ceux qui vivent actuellement sur le territoire et qui ne demandent juste qu'à contribuer. »

Gilles Chapadeau

Le candidat péquiste veut mettre à contribution les organismes en employabilité, les organismes communautaires en francisation notamment, et les communautés autochtones.

Il rappelle qu'une véritable décentralisation des pouvoirs aiderait aussi grandement et qu'il faut aussi assurer de bons services de proximité, notamment en santé et en éducation, pour retenir les nouveaux arrivants ici.

Gilles Chapadeau rappelle que son parti compte amener 25 % des immigrants à s'établir dans les régions.

Le candidat péquiste estime que les deux fonctionnaires du ministère de l'Immigration que Québec veut embaucher à Val-d'Or et Rouyn-Noranda sont un bon premier pas, mais nettement insuffisants.