GRÈVE: les fonctionnaires du gouvernement veulent une augmentation

Les 267 professionnels de la fonction publique de l'Abitibi-Témiscamingue retournent en grève pour une durée indéterminée, dès aujourd'hui (jeudi).

Ils refuseront donc de travailler les soirs et les fins de semaine, sauf pour les services essentiels.

On parle notamment d'inspecteurs de la CNESST, de biologistes du MFFP et d'agents de développement industriel.

Les membres du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) sont sans convention collective depuis près de deux ans (31 mars 2015).

L'écart de rémunération globale est de 23% entre ces travailleurs et les autres professionnels du secteur public.

Ils réclament une hausse salariale de 3,5% par année pour les trois prochaines années.

Les négociations sont au point mort depuis janvier 2016, explique le président du Syndicat, Richard Perron.

« Le gouvernement du Québec, s'il veut assurer la pérénité de son expertise, doit absolument commencer à combler cet écart. Ce qu'on a sur la table depuis janvier 2016, si on calcule les deux jours de congé de maladie qu'ils veulent nous amputer en plus, c'est à peine 6 % d'augmentation sur cinq ans qui nous est proposé, c'est inacceptable. »

Les services seront peu affectés pour la population générale, mais davantage pour les hauts fonctionnaires de l'État.