Il fait ses travaux communautaires sur les lieux du crime

René Bellemarre

L'entraîneur d'haltérophilie René Bellemarre aurait terminé les heures de travaux communautaires imposées par le tribunal.

Selon Radio-Canada, ces travaux forcés auraient été autorisés et faits au club d'haltérophilie de La Sarre.

Le hic, c'est que c'est à cet endroit que se sont déroulés les faits pour lesquels il a été reconnu coupable, en 2018.

Bellemarre a écopé d'une peine avec sursis, d'une probation et de 125 heures de travaux communautaires, pour avoir donné des becs sur la bouche d'une victime alors qu'il était son entraîneur.

Selon la directrice du Centre d'aide aux victimes d'actes criminels en Abitibi-Témiscamingue, ce serait une pratique légale, mais plutôt inhabituelle.