L'Abitibi-Témiscamingue impliquée dans la crise du verglas

Déjà 20 ans de la crise du verglas qui avait frappé le Québec et l'Est ontarien.

L'Abitibi-Témiscamingue avait été épargnée, mais la MRC de la Vallée-de-l'Or s'était impliquée en offrant du bois de chauffage à une quinzaine de municipalités sinistrées.

39 remorques de 46 pieds de longueur et deux camions 10 roues avaient été envoyés.

Des camions étaient chargés par des bénévoles. Gracieuseté MRCVO

Le Valdorien Yvon Frenette était conseiller municipal à Val-d'Or à l'époque.

Les parents d'une employée de la MRC étaient parmi les sinistrés, ce qui a motivé les élus à faire un appel à tous.

Yvon Frenette a coordonné l'opération d'aide en 1998 et il s'en souvient comme si c'était hier.

« Les gens arrivaient, et "dompaient" directement dans la vanne ou, s'ils avaient deux ou trois cordes, ils mettaient ça par terre et nous, on le remettait dans la vanne, se souvient-il en riant. « Quand la vanne était pleine, on appelait les transporteurs pour aller porter ça, c'était tout bénévole. Ç'a été vraiment fantastique, parce qu'on se disait que si ça nous arrive, je suis convaincu que les gens nous aideraient aussi, alors faisons notre part. »

Les opérations étaient coordonnées dans cet édifice. Gracieuseté MRCVO

Le bois a été envoyé à Saint-Jean-sur-Richelieu Venise-en-Québec, Hudson, Rougemont, Granby, Vaudreuil-Dorion, Saint-Polycarpe, Carignan, Beloeil, Chambly, Mont-Saint-Grégoire, Farnham, Saint-Hyacinthe, Saint-Athanase et Iberville.

Élan de générosité

Pendant cinq jours, les bureaux et stationnements de la MRC grouillaient de plus de 80 bénévoles.

Des bénévoles ont mis la main à la pâte. Gracieuseté MRCVO

Ce mouvement a amené un véritable élan de solidarité. Des restaurateurs de Val-d'Or ont offert 159 repas gratuitement aux bénévoles, des transporteurs ont fourni des camions et d'autres entreprises ont offert du matériel.

Yvon Frenette se rappelle avoir été très touché.

« Nous, on faisait ça tout bonnement. La reconnaissance de ces gens-là, ça m'a frappé beaucoup, et aussi le bénévolat. Les gens étaient disponibles, les gens de la MRC qui travaillaient après leurs heures de travail jusqu'à 10 heures ou 11 heures le soir. Après le souper, tout le monde venait nous donner un coup de main. »

Le mouvement avait fait jaser dans les médias. Gracieuseté MRCVO

Quelques chiffres

Les précipitations avaient débuté le 4 janvier 1998.

Jusqu'à 100 millimètres de pluie verglaçante étaient tombés en quelques jours, dans certaines régions.

1,4 million de clients d'Hydro-Québec avaient été plongés dans le noir et le froid pendant des semaines.