L'Abitibi-Témiscamingue saute à pieds joints dans l'économie circulaire

Le projet d'économie circulaire du Mouvement Zéro Déchet Abitibi-Témiscamingue soulève les passions alors que de nombreuses boîtes ont déjà été remplies aux quatre coins de la région.

 

L'économie circulaire consiste à utiliser les déchets ou objets inutiles des uns pour en faire une ressource pour les autres et leur donner une deuxième vie.

Pour cette première édition, lancée en avril et en cours jusqu'en juin, le Mouvement a fait un appel à tous pour récolter neuf produits et objets choisis. Si vous avez des cartons d'oeufs, des bouteilles en verre, des sacs de pain ou de lait, par exemple, vous pouvez aller les porter à des points de chute définis.

L'engouement est vraiment là, explique une des ambassadrices du Mouvement Zéro Déchet Abitibi-Témiscamingue, Ariane Lampron.

« Pour vrai, les points de chute nous appellent de plus en plus pour se proposer, il y a des transporteurs aussi, parce que l'objectif c'est de réduire notre impact écologique, donc ce n'est pas de faire des allers-retours pour aller chercher le matériel. On a des points de chute partout en région, plusieurs par ville même. Nous, on s'arrange pour entreposer le stock ici à Rouyn-Noranda, le trier pour ensuite le redistribuer. »

- Ariane Lampron, ambassadrice

Isabelle Simard (et sa tasse réutilisable) et Ariane Lampron, deux ambassadrices du Mouvement Zéro Déchet en Abitibi-Témiscamingue

Audrey Folliot, Bell Média. Isabelle Simard (et sa tasse réutilisable) et Ariane Lampron, deux ambassadrices du Mouvement Zéro Déchet en Abitibi-Témiscamingue.

Mentalité en évolution

Ariane Lampron a eu l'idée de lancer ce projet après avoir discuté avec la Rouynorandienne Andréanne Caron, l'instigatrice d'un projet régional de ramassage de sacs de lait pour en faire des matelas pour les itinérants.

Grâce à ces collectes communes, le Mouvement s'est donné comme mission de faciliter la vie des gens qui veulent s'adonner à l'économie circulaire.

Depuis son lancement, en août, le Mouvement est passé de 10 à 5 000 personnes. Ariane Lampron pense que la mentalité des gens est en train de changer.

« Les gens commencent à se sensibiliser un peu plus à ce qui se passe autour d'eux au niveau de l'environnement et je trouve cela vraiment génial qu'ils soient dans le positif, dans la recherche d'actions. Je suis très contente. »

- Ariane Lampron