L'Action boréale et Richard Desjardins au secours des caribous

L'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue (ABAT) continue de remuer ciel et terre dans l'espoir de sauver la petite harder caribous forestiers de Val-d'Or.

Ce samedi à Rouyn-Noranda, l'organisme déposera une pétition de 17 000 noms au bureau du ministre régional sortant Luc Blanchette.

Des membres de Greenpeace viendront aussi de Montréal pour exprimer leur désaccord avec la gestion gouvernementale du cervidé. Un vote symbolique est prévu.

L'auteur-compositeur-interprète rouynorandien et vice-président de l'Action boréale, Richard Desjardins, veut que l'animal soit inscrit sur la liste des espèces menacées.

« Elle existe la chance de sauver ce petit troupeau-là. Ce qu'on veut dire au gouvernement, subséquent ou le même, on ne peut pas laisser ça tomber. Ce troupeau-là n'est même pas inscrit sur la liste des espèces menacées, ce qui est incroyable. C'est comme s'il l'avait condamné à mort. Nous on dit non, et on va faire en sorte [que ça se fasse]. »

Richard Desjardins

Le rendez-vous est donné à 16h à la place de la Citoyenneté. Richard Desjardins jouera du piano, puis le groupe ira déposer la pétition.

Il y aura ensuite des conférences de deux biologistes, Serge Couturier et Marcel Paré, sur la méthode qui pourrait assurer la survie du caribou. C'est à la Salle Témabex.

Richard Desjardins en politique?

Le Québec est en deuil de la féministe, animatrice et ancienne ministre Lise Payette, qui a rendu l'âme, hier (mercredi), à 87 ans.

Fait cocasse, Richard Desjardins ne l'a pas connue personnellement, mais se rappelle d'une femme souriante alors qu'il était son camelot à Rouyn-Noranda, quand il avait environ 10 ans.

Vu son activisme des dernières années, le Rouynorandien a-t-il déjà songé à se lancer en politique?

Jamais, répond Richard Desjardins

« Non, non, c'est Cohen, le poète, qui avait dit: « J'ai été condamné à 25 ans d'ennui pour avoir essayé de changer le système de l'intérieur. » Je ne crois pas à ça. Quand je chante, quand je parle, que je suis devant le public, disons que je reçois des fleurs, et là, je recevrais des tomates! Je préfère l'autre métier! » conclut-il en riant.