La CAQ réclame un nouveau plan pour lutter contre la violence conjugale

En raison des récents cas de meurtres de femmes par leur conjoint ou ex-conjoint, la Coalition avenir Québec demande un nouveau plan de lutte à la violence conjugale.

Le dernier date de 2012.

Le chef, François Legault, demande au gouvernement d'agir rapidement.

« Il y a des femmes qui sont menacées ou victimes de violence conjugale, il y a des femmes qui ont peur. Et on a tous la responsabilité ici, dans cette Chambre, de protéger ces femmes. Ça pourrait être nos soeurs, ça pourrait être nos filles. »

De plus en plus de femmes demandent de l'aide

À l'Assemblée nationale, François Legault a cité un article de La Presse, où on apprend que la proportion de femmes de moins de 30 ans qui se tournent vers les centres de femmes violentés a triplé depuis 10 ans.

La Maison Le Nid de Val-d'Or est une maison d'aide et d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants.

Sans donner de chiffres, la coordonnatrice, Sandra St-Pierre, reconnait que davantage de jeunes femmes demandent de l'aide.

Elle estime que les jeunes femmes tolèrent de moins en moins les relations violentes.

« C'est vraiment l'impact de la sensibilisation qu'on fait qui finit par changer aussi la vision de la population, ça fait que c'est moins minimisé dans les familles, qu'on en parle plus, qu'il y a plus de débats. Ça fait que les jeunes femmes décident de dénoncer plus facilement. »

Le projet Roxane sur la violence conjugale dans les couples d'adolescents se promenait justement dans les écoles la semaine dernière.

Un nouveau plan d'ici 2018

Le premier ministre Philippe Couillard assure qu'un nouveau plan de lutte contre la violence conjugale est en préparation et devrait être près dans les prochains mois, au plus tard au début 2018.

De son côté, la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, assure qu'entre temps, l'ancien plan est toujours en vigueur et appliqué.

« On a mis plus d'argent, comme gouvernement, que ce qui avait été prévu lors du dernier plan d'action, on est en train d'analyser les actions qui ont été posées au cours des quatre dernières années. Il y a des actions qui se posent présentement sur le terrain avec les groupes communautaires, avec les CAVAC, avec plein de groupes de femmes. Ce n'est pas vrai qu'on reste les bras croisés. »