La CSRN va-t-elle prendre la parole dans le dossier des émissions d'arsenic?

Les installations de la Fonderie Horne, dans le quartier Notre-Dame de Rouyn-Noranda, en mai 2019.

Le conseil d'établissement de l'école primaire Notre-Dame-de-Protection souhaite voir la Commission scolaire de Rouyn-Noranda (CSRN) prendre la parole dans le dossier des émissions atmosphériques d'arsenic émis par la Fonderie Horne. Il estime que la CSRN devrait prendre position en pensant à la santé des enfants.

Actuellement, les élèves sont exposés à 32 nanogrammes par mètre cube selon la station de captage installée à l'école Notre-Dame-de-Protection, ce qui est 10 fois plus élevé que la norme établie par le gouvernement du Québec.

« J'ai le gout de vous répondre en disant que la Commission scolaire elle-même décidera quelles actions elle veut entreprendre. Toutes les actions qu'elle va poser qui vont dans le sens de nos demandes seront les bienvenus. Je m'attends à ce qu'elle prenne une position affirmée contre les émissions d'arsenic. Il y a matière à s'inquiéter. C'est plus qu'inquiétant, c'est inacceptable. »

-Christian Dubé, président du conseil d'établissement

Le conseil d'établissement souhaite également appuyer les démarches faites par le Comité ARET de Rouyn-Noranda.