« La mission du Bloc est mal comprise » - L'ex-député bloquiste Marc Lemay

Marc Lemay est catégorique, Martine Ouellet devrait quitter la direction du Bloc québécois sans tarder.

L'ex-député bloquiste d'Abitibi-Témiscamingue de 2004 à 2011 estime qu'elle a perdu toute sa crédibilité alors que 7 de ses 10 députés ont claqué la porte.

Ces derniers ont d'ailleurs quitté le navire en raison de relations tendues avec leur cheffe. Ils vont dorénavant siéger comme indépendants.

Partie prenante de la fondation du Bloc en 1993, l'avocat Marc Lemay croit que le problème réside dans une incompréhension de la mission du parti.

« C'est Mario Beaulieu, quand il a été chef du Bloc, qui a dit "On va aller à Ottawa, et ceux qui vont aller à Ottawa, la seule chose qu'ils vont faire, c'est de parler de souveraineté." Les gars lui ont dit de se calmer, qu'ils étaient là pour défendre les intérêts du Québec à Ottawa, point à la ligne. Elle [Martine Ouellet] est arrivée là avec cette idée aussi. Il y a plus qu'un message qu'elle ne comprend pas, elle est vraiment dans le champ. Martine, sa place n'est plus au sein du Bloc québécois, pas de la façon dont il a été créé. »

MartineOuellet.Quebec

La mort du Bloc?

Avec seulement 3 députés du Bloc restant à la Chambre des communes, est-ce qu'on s'attend à la mort du parti?

Si ça continue, ça regarde mal, avoue Marc Lemay, puisqu'il sera difficile de trouver des candidats intéressés.

Pour relancer le Bloc, il croit qu'il faut tout simplement une nouvelle personne en tête, et non, Gilles Duceppe ne reviendra pas.

« Je pense que ça prend un nouveau leader qui comprend le Bloc québécois, qui comprend pourquoi le Bloc est à Ottawa, et surtout, qui va être capable de rassembler. Les élections sont dans un an à Ottawa, en octobre 2019. »

C'est ce week-end qu'on saura ce qu'il adviendra de Martine Ouellet, alors que se tiendra le Bureau national du Bloc.