La mort de Thierry était évitable

Michel LeRoux estime que la mort de son fils Thierry aurait pu être évitée.

Le jeune policier a été assassiné en février 2016 et le tueur a retourné l'arme contre lui ensuite.

Présent lors d'une activité visant le resserrement des règles en matière de contrôle des armes à feu, Michel LeRoux a aussi plaidé pour un encadrement bonifié pour les personnes aux prises avec la détresse psychologique.

Michel LeRoux a fait cette déclaration à RDI :

"Je suis convaincu, hors de tout doute, que si on avait mis l'ensemble des mesures, les maladies mentales, l'accessibilité aux armes à feu et les critères des armes à feu, que non seulement Thierry serait encore vivant, mais le tueur également".

- Michel LeRoux

Les armes du meurtrier de Thierry LeRoux avaient été confisquées en 2015, mais son supérieur lui a ensuite demandé de les rendre, après l'avis d'un médecin.