La Première Nation Long Point a maintenant son écocentre

La Première Nation de Long Point, à Winneway au Témiscamingue, a un bel ajout environnemental à ses installations.

 

Un site de relais écocentre a été inauguré aujourd'hui (mercredi), derrière le terrain de balle avant l'entrée officielle de la communauté.

C'est là que seront accueillies les matières qui ne sont pas récupérées par la collecte porte-à-porte, comme les métaux, les pneus et autres encombrants, comme des électroménagers.

Long Point souhaite gérer ses matières résiduelles de façon plus durable et un écocentre sur le territoire est facilitant.

« Notre situation géographique, premièrement, on est loin de tout ici à Winneway. Il y avait la question aussi de ces matières-là, ça se ramassait tout dans une partie de la communauté et ça prenait plus d'ampleur. Ça menaçait aussi une zone de protection pour notre eau potable. »

- Steeve Mathias, chef de Long Point

Facebook Steeve Mathias

Des mesures ont dû être mises en place pour que la communauté puisse se départir de ce dépotoir sauvage et pour aménager l'écocentre ailleurs. Si ça n'avait pas été fait, deux maisons auraient dû être relocalisées.

La construction du bâtiment, l'aménagement du terrain et l'achat d'un camion ont couté plus de 500 000 $. Services aux Autochtones Canada a contribué, ainsi qu'une conseillère en environnement, Isabelle Brûlé.

Compostage à venir?

Winneway attend son camion et étudie le meilleur endroit où aller porter les matières récoltées, soit Rouyn-Noranda ou Val-d'Or, selon les couts.

L'écocentre a vu le jour en décembre dernier et un employé à temps partiel est présent pour collecter les matières. Des résidents de la communauté ont pu recevoir des informations sur le recyclage des matières à la suite de l'inauguration.

La communauté autochtone encourage d'autres communautés à faire des démarches similaires et souhaite aller encore plus loin en matière environnementale.

« On va aller visiter la communauté de Pikogan. Cette communauté-là s'est lancée dans le compostage et ça, c'est quelque chose qui nous intéresse. On veut aller regarder, voir comment ils s'y sont pris et comment ils se sont organisés, et si ce modèle-là nous convient, on aimerait ça le reproduire ici à Winneway. »

- Steeve Mathias

À lire aussi
- Du compostage à Pikogan