La presse écrite demande de l'aide du gouvernement Trudeau

La Fédération nationale des communications, affiliée à la CSN, demande au gouvernement Trudeau de soutenir la presse écrite lors du prochain budget.

Plusieurs petits médias sont menacés de fermeture par la baisse drastique de revenus publicitaires.

Des pertes d'emplois sont à prévoir. La FCN demande donc un crédit d'impôt sur la masse salariale des journalistes.

En France, par exemple, ce sont 29,26 $ par citoyen qui sont versés à la presse écrite. Au Canada, c'est 1,93 $.

Ici, le président du syndicat des journalistes de la Frontière et du Citoyen et représentant de la FCN-CSN, Thierry De Noncourt, a rencontré citoyens et étudiants à l'UQAT hier (mercredi).

« On parle d'achat local souvent, bien c'est la même chose. Les gens, s'ils vont acheter leur publicité sur Google ou sur Facebook, c'est des capitaux qui sortent du pays, qui sortent de la région, et ça affaiblit la presse locale.  »

Des journalistes de partout au Québec ont rencontré la ministre fédérale du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, hier (mercredi), et lui ont remis une pétition à cet effet, signée par des centaines de personnes.