La situation à Lac-Simon désole le père de Thierry Leroux

Le père de Thierry Leroux, Michel, est attristé de la situation à Lac-Simon.

Le conseil de bande va fermer son poste de police le 31 mars, par manque de financement.

Michel Leroux demande aux gouvernements et au conseil de bande de se parler afin d'éviter que la mort de Thierry, il y a presque 13 mois, n'ait pas été vaine.

Michel Leroux :

«On sait que c'est difficile de faire une entente à deux, imaginez quand on est trois, c'est encore plus difficile.  Ces policiers-là ont fait la démonstration qu'ils sont utiles.  Ils peuvent faire de la proximité et sont au courant de ce qui se passe sur les communautés.  Combien de policiers on va mettre à risque avant de prendre action?».

Pendant ce temps, le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois, veut rassurer la population et les policiers :

«Première chose, il va y avoir un service policier.  Mais l'objectif, c'est d'en venir à une entente avec la communauté pour un service qui correspond à leurs attentes».

Simon Daoust, Bell Média

Au total, ce sont 24 policiers qui sont dans l'incertitude en attendant une résolution au conflit.