Le CFP Lac-Abitibi planche sur un agrandissement de 25 M$

Le Centre de formation professionnelle du Lac-Abitibi travaille sur un projet d'agrandissement de 25 M$.

Avec l'ajout de nouveaux équipements miniers, il manquait d'espace pour que ce soit sécuritaire.

C'est aussi un projet interordre avec le Cégep et l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Le directeur du CFP, Yves Dubé, détaille.

« On veut avoir un agrandissement du secteur de mécanique d'engins de chantier, et aussi du secteur en face des ateliers de soudure, pour pouvoir accueillir une formation AEC [Attestation d'études collégiales] en mécatronique et un laboratoire de recherche en génie mécanique de l'UQAT. »

Une résidence étudiante de cinquante studios pour étudiants autochtones ou étrangers est aussi greffée au projet.

Se démarquer au Québec

L'agrandissement comprend l'ajout de deux bâtiments de deux étages avec des ateliers multifonctionnels.

Divers ajouts permettront au CFP de se démarquer davantage, croit Yves Dubé.

« On veut mettre en permanence des plateaux de travail en mécanique de mines, pour pouvoir accueillir des travailleurs durant le jour, pour favoriser travail, étude, famille. On veut mettre en place la reconnaissance d'acquis de compétences en permanence, en continu pour les entreprises minières. »

Il souhaite aussi implanter un projet de mini-entreprise en réparation de foreuses pneumatiques pour favoriser la réinsertion sociale.

La piste d'athlétisme sera déplacée afin de laisser plus de place aux cours de conduite de camions lourds.

Des avantages pour La Sarre

Le CFP en est à finaliser les plans à déposer au ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, ce qui sera fait en février.

En tant que maire de La Sarre, Yves Dubé croit qu'un tel projet aurait aussi des avantages municipaux intéressants.

« Beaucoup de rétention de personnel, d'étudiants et même la venue de nouvelles familles. Si on pouvait accueillir des groupes d'immigrants avec leur famille, on comble à la fois différentes lacunes dans le domaine de l'emploi en Abitibi-Témiscamingue et même à La Sarre aussi. »

Il espère une annonce favorable au projet en cette année électorale, afin d'avoir une réalisation d'ici cinq ans.