Le décès de Jonathan Belley dû à des tirs d'arme à feu

La mort de Jonathan Belley suite à une intervention policière à La Sarre, en août 2017, est due à deux projectiles d'armes à feu, tirés par les policiers. 

C'est la conclusion du rapport du coroner Steeve Poisson. Il a été atteint  au front et à la partie inférieure du thorax, deux blessures mortelles. Il avait aussi une lésion par arme piquante et tranchante, soit un couteau, mais celle-ci n'était pas mortelle.

Selon le rapport, ce jour-là, l'homme de 23 ans de Dupuy a lancé une canette de bière sur un véhicule de patrouille, avant de faire des signes comme s'il se tranchait la gorge et tirait avec un pistolet.

Il s'en est suivi une poursuite policière. Jonathan Belley a ensuite foncé dans une autre autopatrouille avec son véhicule avant d'en sortir, menaçant et armé d'un couteau.

Il se serait alors poignardé lui-même avant de charger les policiers. Refusant de s'arrêter et de se coucher au sol, c'est là que les policiers l'ont atteint par balle, toujours selon le rapport.

Mort évitable?

Suite aux événements, certains de ses proches avaient mentionné sur les réseaux sociaux que sa mort était évitable.

Le coroner Steeve Poisson mentionne dans son rapport que Jonathan Belley avait des propos suicidaires depuis quelques semaines suite à une rupture amoureuse.

Il indique aussi qu'il était connu pour ses comportements agressifs et violents, et aurait refusé de consulter un médecin malgré les conseils de ses amis.

C'est le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) qui a enquêté sur l'affaire. Le rapport a été remis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en juin dernier.

Ce dernier n'a toujours pas statué à savoir si des accusations seront être portées contre les policiers impliqués.