Le projet Authier sera assujetti au BAPE, tranche le ministre Charette

Le projet minier Authier de Sayona Québec, à La Motte, est finalement assujetti à la procédure d'évaluation et d'examen des impacts sur l'environnement menant au BAPE.

 

Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, a tranché aujourd'hui (mardi).

La minière a déposé sa demande d'autorisation pour le projet le 20 décembre dernier, et le ministre avait 90 jours pour se prononcer sur la nécessité ou non d'un BAPE. Après analyse par le personnel du ministère des documents déposés, le ministre Benoit Charette a fait savoir que l'assujettissement était obligatoire.

C'est en raison de la capacité journalière d'extraction du minerai, qui sera supérieure au seuil de 2 000 tonnes par jour à un certain moment de sa durée de vie. Un BAPE est donc obligatoire d'office, selon les critères établis par le Règlement relatif à l'évaluation et l'examen des impacts sur l'environnement de certains projets.

Benoit Charette dit avoir rencontré la minière et tous les interlocuteurs préoccupés dans les derniers mois.

« Moi, j'ai pris, par respect, le temps de rencontrer tous les intervenants, mais le but de la décision n'est pas de faire plaisir à un groupe au détriment des autres. C'est réellement d'offrir le cadre le plus objectif et le plus prévisible d'analyse possible, donc c'est la seule raison qui nous permet d'arriver à cette conclusion-là. »

- Benoit Charette

Il y aura donc une consultation publique sur les enjeux du projet et une période d'information publique menée par Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). La minière devra aussi réaliser une étude d'impact et le ministère procédera à une analyse environnementale. Ce sera à Sayona de déposer sa demande d'audience.

Le ministre régional, Pierre Dufour, supporte la décision de son collègue salue le fait qu'il ait respecté le processus d'analyse et rencontré tous les groupes concernés.

« Moi, de mon côté, ce que j'espérais, c'est qu'on puisse permettre autant à ceux qui sont pour que ceux qui sont contres de pouvoir bien s'exprimer. L'outil qu'est le BAPE, selon moi, est un outil intéressant pour le faire. »

- Pierre Dufour

Le ministre régional indique que selon les conclusions du BAPE sur les impacts possibles, il se positionnera en faveur du projet tel que présenté ou pour des améliorations.

De son côté, Sayona Québec a indiqué par voie de communiqué qu'elle prenait acte de la conclusion du ministère de l'Environnement. La minière analysera la décision et ses impacts à l'interne avant de se prononcer pour la suite des choses. Aucun autre commentaire ne sera formulé d'ici là.

La localisation du projet Authier de Sayona Mining. Gracieuseté.

Victoire pour des groupes, déception pour d'autres

Le BAPE était une demande de trois comités citoyens, d'élus de tous les paliers et d'artistes qui défrayaient la manchette depuis des mois.

Le cofondateur du Comité de citoyens de protection de l'esker, Rodrigue Turgeon, jubile.

« Pour toute l'Abitibi-Témiscamingue et tout le Québec, c'est vraiment la victoire de l'environnement aux mains d'une compagnie qui essayait d'éviter les évaluations environnementales les plus strictes et rigoureuses. La lutte contre les changements climatiques, ça ne se fera pas de manière très facile, il va falloir qu'on se mobilise. Prenons ça comme un exemple de réussite. C'est une journée formidable aujourd'hui. »

- Rodrigue Turgeon

Il rappelle que la ministre de l'Environnement précédente, Isabelle Melançon, avait elle-même indiqué qu'elle soumettrait le projet au BAPE s'il était déposé durant son mandat. Selon lui, avec cette décision, le ministre Charette confirme l'interprétation qu'a faite le comité des documents soumis par la minière.

Rodrigue Turgeon prendra part aux consultations et invite tous les citoyens à faire de même. Son Comité soumettra un mémoire, alors que 150 pages sont déjà rédigées.

De son côté, la députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, parle elle aussi d'une victoire de la mobilisation citoyenne. Elle avait d'ailleurs déposé une motion en faveur du BAPE à l'Assemblée nationale. Elle promet d'être attentive pour la suite des choses, inquiète de la proximité de l'esker avec le projet et espère que l'acceptabilité sociale sera recherchée par la minière.

D'autres en faveur du développement économique de La Motte ne voyaient pas l'intérêt d'un BAPE si l'exploitation était en deçà du 2 000 tonnes par jour.

Un des membres du Comité citoyen pour le développement durable à La Motte, Olivier Lemieux, est surpris.

« Je ne sais pas comment Sayona va s'arranger avec ça, mais évidemment que ça ne veut pas dire que le projet est compromis, ça veut dire que le projet peut aller de l'avant, mais un peu plus tard que prévu parce qu'évidemment, il y aura des délais associés au BAPE. »

- Olivier Lemieux

Le Comité citoyen pour le développement durable à La Motte appuie le projet depuis le début.

Audrey Folliot, Bell Média. Le Comité citoyen pour le développement durable à La Motte appuie le projet depuis le début.

Le ministre Charette estime que ces délais supplémentaires seront l'occasion pour Sayona de peaufiner son projet dans l'intérêt de l'environnement et de la société. « C'est une période de temps qui peut être utilisée à bon escient pour en faire un meilleur projet ultimement et dans l'intérêt de tout le monde, » indique-t-il.

Marche citoyenne samedi à Amos

Rodrigue Turgeon et son avocat avaient mis le ministre Charette en demeure dans l'espoir qu'il se range de leur côté et fasse respecter la Loi qui. Avec la décision d'aujourd'hui, le cofondateur du Comité ne voit plus l'intérêt de poursuivre les procédures judiciaires.

Les trois groupes citoyens en faveur d'un BAPE, le comité RAVIE de Saint-Mathieu-d'Harricana, le comité Nouvelle Vision de La Motte et le Comité citoyens pour la protection de l'esker, avaient prévu une mobilisation samedi à Amos, pour mettre de la pression au ministre. Plus de 300 personnes avaient confirmé leur présence sur Facebook.

Avec la décision d'aujourd'hui, la marche aura toujours lieu, mais ce sera plutôt une célébration, indique Rodrigue Turgeon. Les citoyens intéressés sont toujours attendus à l'agora naturelle dès 13h, près de la passerelle Ulrick-Chérubin, en vue d'une marche dans les rues. Ils s'arrêteront devant le bureau de la députée d'Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, qui a défendu leurs revendications depuis le début, puis au parc de la Cathédrale.

Sayona Québec, affiliée à l'Australienne Sayona Mining, souhaite exploiter une mine à ciel ouvert de lithium, à La Motte. La durée de vie du projet Authier est évaluée à 18 ans. La minière prévoit construire un concentrateur et deux haldes à stériles et à résidus miniers. Le raffinage du concentré de spodumène de lithium serait fait ailleurs.