Le syndicat réagit à la nouvelle taxe sur le bois d'eouvre

Le gouvernement Couillard juge injustifiée la nouvelle taxe de 7% à la frontière sur le bois d'oeuvre canadien, imposée par l'administration Trump.

Celle-ci s'ajoute au droit compensateur décrété en avril, pour un handicap total qui peut atteindre30 %.

Philippe Couillard a assuré qu'il continuera de se battre pour faire reconnaitre le régime forestier québécois.
 
Québec et Ottawa ont tous deux offert des programmes de garanties de prêts pour aider les entreprises.

En entrevue à RDI, le directeur québécois d'Unifor, Renaud Gagné, a assuré que le syndicat fera tout en son pouvoir pour éviter des mises à pied lors de cette nouvelle crise.

« Ce que je comprends, c'est qu'on risque de perdre 1,5 milliard avec cette taxe-là au cours d'une seule année. Si les négociations n'aboutissent pas avant la négociation de l'ALÉNA, on n’aura peut-être pas le choix d'envisager le pire, et si les programmes ne répondent pas, naturellement on va cogner encore à la porte du fédéral et du gouvernement du Québec pour s'assurer que les travailleurs soient bien représentés. »

L’économie de plus de 220 municipalités québécoises est directement liée au secteur forestier.