Les animaux s'invitent au conseil municipal de Rouyn-Noranda

Les citoyens ne cessent de monter aux barricades pour dénoncer l'appel de proposition pour un service de fourrière à Rouyn-Noranda et pour sauver la SPCA.

La salle du conseil de Rouyn-Noranda était bondée lundi soir, même si la Ville avait clarifié sa position dans la journée.

L'ex-député Bloquiste Marc Lemay a suggéré qu'un représentant municipal siège au conseil d'administration de la SPCA.

Une citoyenne, Martine Cournoyer, s'est faite la porte-parole de la population. Elle estime que la ville ne veut pas s'engager.

« Je pense que la ville comprend très bien les préoccupations des citoyens, mais en même temps, je pense qu'elle n'est peut-être pas intéressée d'y répondre et de s'engager auprès de la SPCA d'une façon beaucoup plus active [en nommant un représentant]. »

Manque d'ouverture

Une autre citoyenne, Anne Théberge, a initié une pétition qui a récolté plus de 3 600 signatures en une semaine.

Les explications de la Ville n'ont su satisfaire son mécontentement.

« Je n'ai pas senti beaucoup d'ouverture par rapport aux propos des citoyens. Je trouvais que c'était plutôt des justifications. Je n'ai pas pris parole parce que j'avais envie de débattre d'éthique et d'idéologie, et je n'ai pas senti que ça mènerait à un endroit quelconque. »

De son côté, le maire Mario Provencher demande à la population de faire confiance aux conseillers pour prendre les meilleures décisions possible.

L'appel de propositions pour le service de fourrière se termine le 22 septembre.