« Les besoins de pilotes sont criants » - Guy Bourgeois

Guy Bourgeois se veut rassurant: les chances qu'il y ait des cours de pilotage d'aéronefs à Val-d'Or sont bonnes.

Le premier ministre Philippe Couillard disait hier (mardi) que le Cégep de Chicoutimi conserverait en exclusivité son statut particulier d'École nationale de pilotage.

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue ne souhaite en rien le lui enlever.

Les besoins sont tout autres, clarifie le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois.

« La demande du collège, c'est de pouvoir offrir un cours de pilotage pour répondre aux besoins des compagnies aériennes et des communautés autochtones et inuites qui en ont fait la demande. Il y a un partenariat qui a été négocié entre ces partenaires -là. »

Collaboration en vue

Les communautés autochtones espèrent que leurs membres puissent servir de modèles aux jeunes et ainsi assurer aussi la viabilité de leurs entreprises.

L'intérêt de la région à cette formation est aussi très clair.

Les deux instances doivent maintenant en discuter et collaborer, ce qui est sur la bonne voie, ajoute Guy Bourgeois.

« Le ciel de l'Abitibi-Témiscamingue offre un potentiel fort intéressant pour répondre à des besoins de formation qui sont très importants. Dans le respect de l'institution qu'est le Cégep de Chicoutimi, le Cégep [de l'Abitibi-Témiscamingue] va discuter avec eux et je suis convaincu qu'on va trouver une voie de passage. »

Si une entente survient, il faudra ensuite acquérir des avions et autre matériel avant de pouvoir offrir la formation.