Les Centres de femmes demandent un réinvestissement massif dans les services publics

Les Centres de femmes de l'Abitibi-Témiscamingue demandent un réinvestissement massif du gouvernement Couillard dans les services publics.

Une trentaine de femmes se sont mobilisées ce midi à Rouyn-Noranda.

Elles ont présenté de façon symbolique les blessures avec lesquelles les femmes, majoritairement, doivent composer en raison des mesures d'austérité.

Audrey Folliot, Bell Média

Les investissements annoncés lors du dépôt du budget ne sont que des « plasters » et nettement insuffisants.

La porte-parole de l'action régionale, dans le cadre de la Semaine d'actions des Centres de femmes contre l'austérité, Joannie Boivin.

« Les conséquences de l'austérité appauvrissent les femmes, vont augmenter le travail invisible, diminuer l'économie financière des femmes et renforcer les rôles sociaux attribués automatiquement aux femmes. »

Moins de services mène aussi à une hausse du stress et de l'anxiété et de l'épuisement professionnel.

Les Centres de femmes proposent au gouvernement de suivre les pistes de solutions fiscales proposées par la Coalition main rouge pour augmenter les revenus du Québec.