Les citoyens s'inquiètent de la fermeture du CHSLD de Palmarolle

Des citoyens s'inquiètent pour l'avenir des soins de santé à Palmarolle.

La fermeture du CHSLD pour des raisons de sécurité, en raison de failles dans la structure du bâtiment, turlupine les gens qui ont participé à une rencontre d'information.

21 résidents touchés seront transférés à La Sarre et à Macamic d'ici trois semaines, selon un plan personnalisé. Les employés seront relocalisés dans la MRC.

De son côté, la mairesse de Palmarolle, Louisa Gobeil, compte suivre la situation de près.

« On leur a demandé une réponse puis une autre rencontre d'ici le mois de décembre. C'est sûr qu'on veut garder nos acquis, et il y avait des promesses qui avaient déjà été faites de l'ancien directeur, monsieur [Jacques] Boissonneault, qu'on ne fermerait pas le foyer. »

À la MRC d'Abitibi-Ouest, le préfet, Jaclin Bégin, demande au CISSS de maintenir les services de proximité, et assure que le Comité Vigilance suivra le dossier.

Analyser les options

On ignore actuellement si le bâtiment restera tel quel, s'il sera démoli pour en construire un nouveau ou s'il sera rénové.

Un premier rapport de 2013 avait mené à des travaux mineurs. La nouvelle étude de la firme WSP recommandait la fermeture du bâtiment vu sa structure fragile.

Une fois les gens transférés, le CISSS mettra ses efforts dans l'analyse des coûts des différentes options, explique le président-directeur général, Yves Desjardins.

« C'est important d'avoir les trois scénarios, de les regarder en soi, bien documenter tout ça, qu'est-ce que ça nous coûte, qu'est-ce que ça veut dire. Actuellement, les travaux d'infrastructures uniquement pour rénovation sont autour de 8,5 M$, donc c'est pour ça qu'on a besoin d'avoir l'ensemble pour avoir un portrait et prendre la bonne décision. »

Si on se fie au projet d'agrandissement du CHSLD de Macamic, sur la table depuis 13 ans, ça pourrait prendre plusieurs années.

Les services du CLSC demeureront à Palmarolle, mais seront relocalisés.