Les dépotoirs sauvages sont encore un problème

Le Conseil régional de l'environnement de l'Abitibi-Témiscamingue (CREAT) redouble d'efforts pour lutter contre les dépotoirs sauvages.

Vendredi, une vingtaine de bénévoles ont ramassé de trois à quatre tonnes de déchets au Mont Powell de Rouyn-Noranda.

Parmi cela, des tapis, des bouteilles d'eau, du bardeau et même une planche de surf.

Il y a encore beaucoup de déchets de construction ou des encombrants en milieu naturel, malgré la sensibilisation.

C'est inesthétique, et les conséquences sont graves, explique la chargée de projets au CREAT, Sophie Laliberté.

« Ce qui arrive, c'est qu'avec les matières qui sont dangereuses, par exemple les hydrocarbures, les peintures, bien ils peuvent contaminer le sol et l'eau. Tout ce qui est coupant ou enchevêtrant, moindrement qu'il y a de la nourriture ajoutée dans le lot, ça peut attirer la faune et un animal peut, par exemple, se couper une patte. »

La population sera appelée à contribuer, surtout en 2018, lors d'activités de ramassage communautaire.

Les différentes MRC offrent des services de gestion des encombrants comme des écocentres ou des collectes planifiées.