Les équipes à pied d'oeuvre pour retrouver une fillette à Macamic

La Sureté du Québec étend ses recherches cet après-midi (lundi) à Macamic, en Abitibi-Ouest, dans l'espoir de retrouver une fillette de 4 ans qui a sombré dans un ruisseau, il y a deux jours.

 

Selon les premières informations, l'enfant serait tombée dans le cours d'eau du 2e et 3e Rang Ouest samedi après-midi, vers 13h45, alors qu'elle jouait sur un terrain familial avec d'autres enfants.

De nombreuses ressources policières ainsi que les pompiers sont déployés sur les lieux pour tenter de retrouver la fillette.

« La Sûreté du Québec déploie une deuxième équipe de plongeurs ainsi qu'un technicien en recherches terrestres, accompagné de six policiers.  Ce sont vraiment nos spécialistes. Deux équipes de plongeurs seront à pied d'oeuvre et l'hélicoptère également. »

- Hugues Beaulieu, sergent de la SQ

En après-midi, les recherches ont été étendues sur deux kilomètres. L'hélicoptère de la SQ survole aussi le secteur, mais aucun nouvel élément n'a été découvert depuis ce matin. Le débit et l'opacité de l'eau compliquent la tâche des experts.

Le cours d'eau dans lequel est tombé la fillette de 4 ans, samedi après-midi.

Gracieuseté. Le cours d'eau dans lequel est tombé la fillette de 4 ans, samedi après-midi.

Un drame qui touche toute la communauté

C'est un drame terrible qui secoue la petite municipalité de 2 700 âmes, où tout le monde se connait.  

Pour la mairesse de Macamic, Lina Lafrenière, ç'a été un choc d'apprendre cette nouvelle samedi. Elle se sent impuissante, mais assure que la municipalité déploie toute l'aide nécessaire pour retrouver la fillette rapidement.

« On est de tout coeur avec les parents. Nos pompiers ont apporté de l'aide. On suit le dossier de près, mais c'est vraiment un dossier qui fait mal. Toute la population est atterrée de cette nouvelle-là. »

- Lina Lafrenière, mairesse

Lina Lafrenière ajoute que la municipalité a barré la route pour aider et que l'entreprise DMC Soudure a aussi aidé à bloquer le ruisseau pour en réduire le débit. Des citoyens ont aussi offert leur aide, mais elle est refusée par la SQ, qui explique qu'il faut être formé pour ce type d'intervention.

La députée d'Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, s'est elle aussi dite très attristée de cette nouvelle et offre ses pensées à la famille, tout en soulignant le travail des équipes de recherche.

Des citoyens rencontrés par RDI étaient bouleversés par l'événement. Un couple ayant aussi une fillette de 4 ans dit avoir versé des larmes et avoir reçu des appels de proches inquiets. D'autres trouvent désolant que les recherches demeurent vaines et ont une pensée pour les parents de l'enfant, qui « vivent l'enfer » tant que les policiers n'auront pas trouvé la fillette.

La Sureté du Québec poursuivra ses recherches jusqu'à la noirceur et elles reprendront demain matin (mardi) si nécessaire.