Les LGBT, les plus grandes victimes d'intimidation

Les lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres (LGBT) sont encore parmi les plus grandes victimes d'intimidation et de discrimination.

C'est ce que révèle une nouvelle étude réalisée par la Fondation Jasmin-Roy.

Les trois quarts des répondants LGBTont dit avoir déjà été victimes d'intimidation ou de menaces, surtout à l'école et au travail.

54 % ont aussi l'impression que leur vie sera ou a été plus difficile que celle des hétérosexuels.

La présidente de la Coalition d'aide à la diversité sexuelle de l'Abitibi-Témiscamingue, Cathy Gélinas, n'est pas surprise.

Elle rappelle que tous ont un rôle à jouer pour changer les choses.

« Que ce soit des blagues à caractère homophobe qu'on croit sans impact, de cesser de faire ce genre de blagues-là, de faire attention à notre discours et d'éviter de prendre des mots comme fif ou tappette pour parler de choses banales, ça fait déjà une différence. On peut remettre dans les mains du gouvernement tout l'aspect financier, mais l'aspect éducationnel, tout le monde peut faire son bout de chemin au quotidien. »

Les personnes trans sont celles qui ont le plus de craintes d'être marginalisées.

L'étude note toutefois que les mentalités ont évoluées et les plus jeunes sont de plus en plus ouverts à la diversité.

13 % des membres de la population adulte canadienne s'identifient comme LGBT.