Les réfugiés syriens se font attendre à Rouyn-Noranda

Après plus de deux ans de procédures, Rouyn-Noranda devra encore attendre pour accueillir des réfugiés syriens.

Le provincial a approuvé le dossier de deux candidats sur trois il y a un peu plus d'un an, mais le fédéral ne s'est toujours pas prononcé.

La Paroisse Ste-Trinité parraine le projet avec divers partenaires et se prépare activement.

Le président du conseil d'administration, Jean-François Bélanger, ne perd pas espoir d'avoir une réponse dans les prochains mois.

« On ne voulait pas se faire prendre à la dernière minute, donc il y a des comités qui ont été déjà créés, des organismes qui sont déjà en contact, et des gens enthousiastes à nous aider, ce qu'on a trouvé très intéressant de trouver. »

Le fédéral demande à ce que la communauté subvienne aux besoins des candidats pendant un an, ce qui représente environ 10 000 $ par personne.

Une première famille de réfugiés syriens s'est installée à Amos en mai dernier. Le processus semble avoir été moins complexe que pour Rouyn-Noranda.

Selon Jean-François Bélanger, il est beaucoup plus facile de faire immigrer une famille complète avec des enfants que trois individus distincts.