Les régions consultées pour assurer l'occupation du territoire

Québec veut donner la parole aux régions dans la mise en place de la Stratégie pour assurer l'occupation et la vitalité du territoire.

Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a rencontré les élus de la région aujourd'hui (lundi) à Rouyn-Noranda.

Il voulait revoir avec eux les priorités de l'Abitibi-Témiscamingue pour 2018-2023, déterminées l'hiver dernier.

Celles-ci guideront les décisions quant aux projets concrets à financer via le Fonds d'appui au rayonnement des régions.

D'ici le 31 mars, tous les ministères devront aussi présenter un plan d'action pour répondre à chacune de ces priorités.

Le ministre, Martin Coiteux, élabore.

« Si l'Abitibi-Témiscamingue dit qu'ils ont des enjeux de pénurie de main-d'oeuvre et qu'ils ont besoin d'un accompagnement particulier en matière d'immigration, ça veut dire que le ministère de l'Immigration ne peut pas être absent du territoire de l'Abitibi-Témiscamingue, pour ne prendre que cet exemple-là. »

La fin du mur-à-mur?

Martin Coiteux assure avoir à coeur les petites communautés rurales et les particularités régionales.

Avec cette stratégie, il souhaite décentraliser les décisions et mieux accompagner les régions.

« Ça va faire en sorte que les programmes gouvernementaux vont forcément avoir un peu plus de modulation, ils vont avoir une couleur régionale, ça va être moins du mur-à-mur. Si on veut avoir des politiques qui sont différentes d'une région à l'autre, tout en ayant des points communs, ça, c'est le bon outil. »

Parmi les priorités témiscabitibiennes, notons la diversification économique et la main-d'oeuvre, le développement technologique et la cohabitation avec les Premières nations.