Luc Blanchette s'oppose à un mode de scrutin proportionnel

Luc Blanchette s'oppose fermement à ce que le mode de scrutin devienne proportionnel.

Si un tel mode de scrutin est mis en place, la région aurait trois députés élus au lieu de deux. Le troisième serait désigné selon la proportion des votes parmi les perdants.

Le candidat libéral dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue estime que la région serait perdante vu la grandeur de son territoire.

« Moins de représentativité, moins de poids pour représenter les intérêts de la population, donc ce n'est pas, pour moi, quelque chose de souhaitable, au contraire. De fait, les gouvernements deviennent majoritaires au Québec entre 40 et 45 %. Si on veut changer cette tradition-là, ce serait tout un bouleversement. »

Il ajoute qu'il faudrait un gouvernement de coalition pour une meilleure représentativité, ce qui est prend du temps et qui mène souvent à de nouvelles élections, si on se fie à d'autres pays.

La campagne va bon train

Par ailleurs, Luc Blanchette dresse un bilan positif de mi-campagne électorale.

Le candidat libéral s'engage toujours à supporter le complexe multisports, le projet Onimiki et la connectivité Internet et cellulaire.

Il promet aussi de travailler sur d'autres dossiers, comme le transport collectif, l'aide aux aînés et les abris sommaires.

« La place de chasse et pêche au Québec, c'est en Abitibi-Témiscamingue, donc il y a des choses à faire. Bien sûr, il y a de l'interministériel, on avait commencé à travailler le dossier, mais ça ne se fait pas en claquant des doigts. Il faut faire des modifications réglementaires parfois, sinon législatives. »

Des chasseurs ont d'ailleurs manifesté pour que soit modernisée la loi sur les camps de chasse à Rouyn-Noranda ce midi (jeudi).