Mettre fin aux préjugés face à l'Alzheimer en janvier

La Société Alzheimer Rouyn-Noranda-Témiscamingue espère mettre fin aux préjugés alors que janvier est le Mois de sensibilisation à la maladie.

 

L'Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui apparait habituellement à partir de 50 ans, puis de façon plus importante dès 65 ans. 5 % des cas surviennent avant 50 ans, surtout les cas génétiques. Les personnes atteintes ont d'abord des pertes de mémoire à court terme, puis éventuellement à long terme, et sont de plus en plus désorientées.

Un récent sondage Léger indique qu'un Canadien sur quatre se sentirait honteux ou embarrassé s'il était atteint d'une maladie cognitive et qu'une personne sur cinq admet utiliser des paroles désobligeantes ou stigmatisantes à l'égard des personnes atteintes.

Certains confondent encore la maladie avec un problème de santé mentale, alors que ce n'est pas du tout le cas. La sensibilisation est donc encore de mise.

« Aujourd'hui, la maladie est mieux connue donc on travaille vraiment beaucoup sur les préjugés, et surtout à donner une parole aux gens qui vivent avec la maladie, qu'ils puissent participer aussi à l'élaboration des services qui s'adressent à eux, à la façon dont ils veulent vivre avec cette maladie-là. »

Guillaume Parent, directeur général de la Société Alzheimer Rouyn-Noranda-Témiscamingue

Il ajoute que plus tôt on s'informe, plus vite on peut mettre en place des solutions afin de pouvoir rester le plus longtemps possible avec l'être aimé. Pour les personnes atteintes, il assure que ce n'est pas la fin, et qu'il est encore possible d'avoir de belles années actives.

Guillaume Parent sait de quoi il parle alors que sa grand-mère était atteinte d'Alzheimer. Il a vu l'impact que ç'a eu sur ses parents, qui sont devenus proches aidants pour elle.

Témoignages et conférences

Tout au long du mois de janvier, des témoignages de personnes atteintes seront diffusés sur les réseaux sociaux dans le cadre de la campagne « Oui. Je vis avec l'Alzheimer. Laissez-moi vous aider à comprendre. » La population trouvera aussi, sur le site Web de la campagne, des conseils sur comment aider à arrêter la stigmatisation en plus de ressources utiles.

Enfin, pour une deuxième année à Rouyn-Noranda, la Société Alzheimer clôturera le mois avec un après-midi de courtes conférences inspirantes, Moi, Nous et l'Alzheimer.

« On a sept conférenciers, c'est des conférences qui durent environ 15 minutes qui vont toucher à toutes sortes de sujets autour du thème du réseau, c'est-à-dire le réseau familial, le réseau des amis, le réseau de la santé, puis on va aborder des sujets comme comment utiliser la musique et l'art pour améliorer le temps qu'on passe avec la personne qui a la maladie. »

- Guillaume Parent

Ça se passe à la Salle aux usages multiples du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, le samedi 2 février dès 13h30. C'est gratuit, mais il est préférable de s'inscrire.

Environ 600 personnes souffrent d'Alzheimer à Rouyn-Noranda et entre 180 et 220 au Témiscamingue. On dénombre environ 50 nouveaux cas par année à Rouyn-Noranda et 15 à 20 au Témiscamingue, surtout en raison du vieillissement de la population, le principal facteur de risque pour la maladie. Les mauvaises habitudes de vie peuvent aussi être derrière la dégradation plus rapide de la condition d'une personne atteinte. Chaque cas impacte directement tout l'entourage.

La Marche du Dr Achille Juneau revient aussi chaque mois de mai pour amasser des fonds pour aider à soutenir les gens atteints. La Société Alzheimer Rouyn-Noranda-Témiscamingue et la Société Alzheimer de Val-d'Or offrent une panoplie de services au quotidien pour aider les gens atteints et leurs proches.