Mine Raglan a une deuxième éolienne

La Mine Raglan, dans le Nord-du-Québec, poursuit son virage vert et se dote d'une deuxième éolienne pour alimenter ses installations en électricité.

D'une hauteur de 90 mètres, elle a été réalisée par TUGLIQ Énergie.

Installée ce week-end, elle sera en service d'ici septembre. Il ne reste qu'à l'intégrer au réseau électrique de la mine.

Les impacts environnementaux de ce virage sont importants, explique la coordonnatrice des communications et des relations externes pour Mine Raglan, Céliane Dorval.

« Ce qu'on peut prévoir, grâce à la performance de la première éolienne, c'est que les deux éoliennes ensemble devraient produire environ 10 % de notre consommation énergétique totale à Mine Raglan, ce qui devrait nous permettre de sauver environ 4,4 millions de litres de diesel par année. »

C'est l'équivalent de retirer 2 700 véhicules des routes. La mine souhaite ainsi réduire sa dépendance aux combustibles fossiles et réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Un modèle à suivre?

Mine Raglan aimerait pouvoir produire de 15 à 20 % de sa consommation d'énergie, donc la construction d'une autre éolienne n'est pas exclue.

Le modèle testé par la mine pourrait éventuellement être répliqué dans les communautés du Nunavik.

« La période de rodage, les tests et ce qu'on est en train de faire avec les différentes technologies de stockage d'énergie, ça va déjà être fait. Donc ça peut être intéressant pour les communautés à ce moment-là, parce qu’elles aussi dépendent uniquement du diesel pour s'alimenter en électricité. »

Céliane Dorval

TUGLIQ Énergie est aussi derrière la première installation, érigée en août 2014. C'était la première intégration d'énergies renouvelables dans l'arctique.

La Mine Raglan emploie plus de 1 000 employés, dont le tiers provient de l'Abitibi-Témiscamingue.