Moins d'universitaires ici

La région compte moins d'universitaires que la moyenne du Québec.

Selon l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue, notre taux en 2011 s'élevait à presque 11%, contre 18% en province.

La tendance est à l'inverse pour les gens sans diplôme d'études secondaires.  Ici, c'était à 30% et au Québec, à 22%.

L'agente de recherche à l'Observatoire, Mariella Collini, rappelle qu'il fût un temps où les industries de production ne demandaient pas de diplôme :

«On sait que les choses changent.  La région se distingue au chapitre de la diplomation au secondaire professionnel ou de métier. Ça peut refléter sans doute que la région repose sur des secteurs qui nécessitent une main-d'oeuvre de ce niveau-là.  Je crois que les mentalités changent».

Bonne nouvelle cependant, alors que le taux de décrochage au secondaire en 2013 était plus bas en Abitibi-Témiscamingue qu'en moyenne au Québec.  Sauf que les gars décrochent toujours plus que les filles.

Mariella Collini :

«Ça nous illustre qu'avec la pression exercée par le marché du travail et la main-d'oeuvre qui se fait rare, il va être nécessaire de poursuivre les efforts pour valoriser l'importance de l'éducation».

Autre bonne nouvelle, le taux de décrochage est plus faible dans toutes les MRC de notre région que la moyenne provinciale.