« On dirait qu'Iamgold, c'est comme le Titanic, c'est long à virer » - Harold Arsenault

Le Syndicat des Métallos est déçu du rapport de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) sur le coup de terrain qui a fait trois blessés à la mine Westwood, en septembre 2017.

Le Syndicat s'étonne que la minière Iamgold n'ait pas été blâmée ou mise à l'amende, même si le rapport indique une planification déficiente des travaux.

Le représentant syndical des Metallos pour l'Abitibi-Témiscamingue, Harold Arsenault, parle d'un travail fait à moitié, alors qu'il n'y a pas de recommandations sur les façons de travailler à l'avenir.

« C'est qu'un moment donné, la minière s'en sort toujours presque blanche comme neige, il y a un problème là. La CNESST ne fait pas sa job, il y a un bout quelque part qui ne fonctionne pas. Il n'y a eu aucune recommandation, aucune amende, c'est comme s'ils disaient regarde, t'as mal fait, mais ce n'est pas grave. C'est ça qui ne fonctionne pas de notre côté. »

Harold Arsenault

Harold Arsenault dénonce la décision de la minière de renvoyer des travailleurs à ce niveau qui avait déjà été fermé dans le passé en raison d'un autre coup de terrain.

Les Métallos inquiets pour la sécurité

Même s'il reconnait que le travail de mineur comporte certains dangers qu'il n'y a pas dans un travail de bureau, Harold Arsenault indique être inquiet pour la sécurité des travailleurs qu'il représente.

Il estime qu'à Westwood, la situation est toujours spéciale puisque c'est une mine où le terrain bouge beaucoup.

Malgré tout, plusieurs accidents sont survenus à la mine Westwood ces dernières années, et le Syndicat aimerait qu'Iamgold soit plus rassurante côté sécurité.

« Ce n'est pas la première fois qu'on leur en parle. On a un comité de santé-sécurité en place. On nous dit tout le temps qu'il y a eu des changements à la direction, qu'ils vont prendre de nouvelles avenues, changer les méthodes. Mais on dirait qu'Iamgold, c'est comme le Titanic, c'est long à virer. Entre temps, on nous dit de belles choses, mais en arrière, il ne se passe pas grand-chose. »

Harold Arsenault

Dans son rapport, la CNESST a insisté sur le fait que le coup de terrain qui a projeté les roches sur les travailleurs était imprévisible.

Elle a aussi indiqué que la mine avait mis des mesures de sécurité en place avant l'accident, qui respectaient les normes, mais qui se sont avérées insuffisantes.

Info Énergie n'a pas été en mesure de joindre quelqu'un à la mine Westwood pour commenter au moment de publier.