Ottawa investit 867 M$ pour soutenir l'industrie du bois d'oeuvre

Le gouvernement fédéral investit 867 M$ sur trois ans pour soutenir l'industrie du bois d'oeuvre.

De l'investissement, 605 M$ seront investis sous forme de prêts et de garanties de prêts, le reste se traduit par un soutien aux travailleurs. 

La députée du NPD en Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, aurait aimé qu'il y ait plus de sous déboursés, alors que le dernier conflit sur le bois-d'oeuvre avait coûté 5 milliards de dollars.

Elle déplore aussi la lenteur de l'annonce :

« Pour les américains, qu'ils gagnent en Cour ou pas, c'est pas très important parce que de toute façon, ils auront réussis à faire fermer des entreprises et faire en sorte qu'il y aura moins de compétition venant du Canada. Le gouvernement libéral ne comprend pas du tout la dynamique, et est toujours en réaction lente ».

De son côté, le maire de Senneterre, Jean-Maurice, salue l'aide du fédéral dans ce dossier :

« C'est un effort considérable. On espère que ce sera suffisant pour se rendre jusqu'à la conclusion d'une entente négociée avec les Américains. Maintenant, l'industrie doit se positionner à l'intérieur de ces programmes d'aide et aller chercher le maximum pour les travailleurs, l'industrie, les communautés et pour la diversification de leur production et de leur marché ».

Cette annonce survient alors que le département du Commerce des États-Unis devrait annoncer, le 23 juin prochain, l'ampleur des droits antidumping qui seront imposés sur le bois d'œuvre québécois et canadien exporté aux États-Unis.

Rappelons que Québec avait annoncé à la fin avril qu'il investirait environ 300 M$ en  prêts et en garanties de prêts à 178 entreprises forestières québécoises. 

Les droits compensatoires ont déjà des répercussions pour Produits forestiers Résolu. Les quarts de travail dans 7 scieries sont réduits depuis peu.

C'est le cas à La Tuque et Baie-Comeau, entre autres.