Pas tout de suite, les sages-femmes en Abitibi-Témiscamingue

Les femmes enceintes de l'Abitibi-Témiscamingue n'auront pas de sitôt accès à un service de sages-femmes.

Le deuxième appel de candidatures du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) n'a toujours pas permis de trouver une chargée de projet pour l'implantation du service.

Le comité Objectif Sages-Femmes Abitibi-Témiscamingue avait mis beaucoup d'espoir dans le processus.

C'est décevant pour une des membres, Sophie Richard-Ferderber.

« On a l'impression que c'est un peu le contexte que les sages-femmes sont encore très peu nombreuses et qu'elles sont très, très sollicitées partout au Québec, donc malheureusement, il n'y en avait pas de disponibles pour le projet ici en ce moment. »

Le comité ne baisse toutefois pas les bras et veut revoir sa stratégie de recrutement avec le CISSS. La jeune maman espère aussi que le gouvernement mettra des moyens en application pour  favoriser l'accès aux sages-femmes.

Une pionnière en conférence

Par ailleurs, une sage-femme pionnière au Québec, Isabelle Brabant, donnera une conférence le 24 mai à Val-d'Or sur la pratique et ce que ça implique.

Sophie Richard-Ferderber veut démystifier la profession.

« Il y a beaucoup de mythes et de préconception envers les sages-femmes. Les gens ne savent pas que c'est des professionnels de la santé qui étudient quatre ans et demi pour pratiquer, et même dans le domaine de la santé, il y a des professionnels qui ne sont pas au courant. Donc on les invite particulièrement, tous ceux qui touchent à la périnatalité et aussi les parents et futurs parents. »

C'est gratuit dès 19h, à la bibliothèque municipale de Val-d'Or.

L'appel de candidatures pour la chargée de projet demeure ouvert et est partagé régulièrement par le regroupement provincial.