Plus de pouvoir pour les infirmières praticiennes spécialisées

Les infirmières praticiennes spécialisées auront plus de pouvoirs à compter du 8 mars.

Elles pourront notamment commencer des traitements pour certaines maladies chroniques, dont le diabète, l'hypertension et l'asthme.

Les IPS ne seront plus limitées dans leur choix de médicaments à prescrire.

La présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Lucie Tremblay, nous avait louangé cette annonce à venir en novembre dernier.

« C'est un gain majeur, parce que ça améliore l'accessibilité aux soins. Ça permet au médecin de se concentrer sur ce que lui seul peut faire. »

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a indiqué que l'objectif est d'élargir la pratique.

La règlementation sur les infirmières spécialisées n'avait pas été changée depuis 2005. 

Sur le même sujet: Plus facile d'être traité pour six maladies chroniques