Plusieurs chantiers prévus à Rouyn-Noranda en 2019

La patience sera de mise dans certains secteurs de Rouyn-Noranda cette année alors que 5,6 M$ de travaux de voirie sont prévus, en plus de 5,4 M$ de travaux d’aqueduc et d’égout.

 

Parmi les projets majeurs, il y aura le développement du parc industriel de Granada, un projet à lui seul d'environ 3 M$. La rue Jacques-Bibeau sera prolongée, des travaux qui devraient débuter cette année.

« Présentement, c'est déjà un projet en cours au niveau des études environnementales et tout. En fait, on fait vraiment le prolongement de la rue Jacques-Bibeau actuelle vers le boulevard Industriel si on veut. Il faut tout faire parce qu'actuellement, c'est une zone boisée donc il faut déboiser, excaver, ça va être une construction de chaussée complète. »

- Le directeur des Travaux publics à la Ville, Réjean Lesage

Il y aura aussi le raccordement de la rue Perreault Est à la voie de contournement. Ces deux projets permettront le développement de nouveaux terrains commerciaux et industriels.

Le réseau cyclable sera encore amélioré, ajoute Réjean Lesage.

« C'est la suite finalement de ce qu'on a mis en place en 2018. On a le raccordement à la piste cyclable qui fait la voie de contournement sur Ste-Bernadette et aussi à la Perreault. On va ajouter encore à l'offre de réseau cyclable. »

Réjean Lesage

Des réfections de ponts et ponceaux et de trottoirs sont aussi au menu, sans oublier la scarification et le pavage du rang des Cyprès, qui devraient coûter 300 000 $ et pour lequel la Ville attend de l'aide financière.

1,5 M$ seront aussi investis pour améliorer un kilomètre de conduites d'aqueduc et d'égouts.Toutefois, les travaux ne devraient pas être trop dérangeants alors qu'ils seront réalisés principalement dans des ruelles.

Des règlements d'emprunt ont été adoptés en décembre pour l'ensemble de ces projets.

Une recette gagnante?

Il a souvent été dit que Rouyn-Noranda était le pire endroit pour construire une Ville, alors que le sol est fait d'argile et de roc, deux matériaux qui réagissent différemment aux conditions climatiques et déforment la chaussée.

Depuis 2010, de nouvelles méthodes de construction ont été mises en place et ont amélioré la situation, assure Réjean Lesage.

« L'ajout d'isolant rigide sous la fondation permet d'obtenir de très bons résultats. Effectivement, ça coûte plus cher, par contre, si ça évite de devoir refaire cette chaussée-là dans 30 ans, mais plutôt de refaire juste la surface en pavage, on gagne et c'est du développement durable. »

Réjean Lesage

Cette recette aide aussi à prévenir le gel d'aqueduc. Des suivis sont faits annuellement sur les chaussées refaites afin de voir comment le secteur a travaillé.