Poste communautaire mixte et tensions sociales à Val-d'Or

Le poste communautaire mixte à Val-d'Or débute ses opérations cette semaine, malgré le manque d'effectifs.

Selon nos sources, le recrutement des 16 agents, dont la moitié doit être des policiers autochtones, est laborieux.

Des intervenants communautaires doivent aussi être impliqués dans ce projet-pilote d'un an.

Le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois, ne s'inquiète pas outre mesure.

Il estime que le recrutement de policiers est difficile partout et croit que la SQ fait preuve de bonne volonté en débutant les opérations tel que prévu.

La tension entre autochtones et policiers est toujours palpable à Val-d'Or.

Il reste beaucoup à faire pour améliorer le vivre-ensemble à long terme, mais il y a du progrès, selon Guy Bourgeois.

« À court terme, on a des joueurs actuellement qui travaillent sur un projet important au niveau de l'itinérance, qui je pense va aussi aider beaucoup à améliorer cette dynamique-là, mieux travailler aussi avec les corps policiers. C'est un problème qui n'est pas simple, mais ce qui est clair, c'est que tout le monde met l'épaule à la roue. »

De son côté, le ministre régional Luc Blanchette estime que les efforts ont aussi été mis pour améliorer l'hébergement et la sécurité sur la communauté même de Lac-Simon.