Preissac: des puits endommagés par la mine LaRonde?

Un citoyen de Preissac poursuit la mine LaRonde d'Agnico Eagle en justice pour des dommages à son puits artésien.

Le 27 mai, Sébastien Petitclerc a commencé à expérimenter des problèmes de pression d'eau et remarqué du sable dans ses conduites.

C'est qu'une roche avait percé un tuyau souterrain suite à des vibrations.

Il a fait réparer la fuite, mais le problème survient à nouveau quelques semaines plus tard. Il fait donc forer un nouveau puits.

La minière responsable?

Ne soupçonnant d'abord aucunement la mine, Sébastien Petitclerc constate que les dates où les problèmes surviennent concordent avec les dates de sautages de la mine La Ronde, selon le site de Séisme Canada.

Après avoir tenté de régler le dossier à l'amiable avec Agnico Eagle, sans succès, il décide de déposer une mise en demeure à leur endroit.

Comme le dossier est devant les tribunaux, le directeur général de la mine La Ronde, Daniel Paré, a refusé de commenter.

Toutefois, il précise que c'est la seule plainte du genre reçue en plus de 30 ans d'activités et que les vibrations enregistrées sur la propriété de M. Petitclerc et ses environs sont bien en deça des normes établies par le ministère.

Il assure qu'au quotidien, tout est fait pour limiter les impacts sur la vie des citoyens.

« On a une centaine de capteurs sismiques qui sont installés sous terre et en surface aussi, puis ça nous fournit des données en temps réel sur le monitoring des vibrations. Les gens, toutefois, sont plus sensibles aux vibrations que les infrastructures, donc il n'est pas impossible qu'ils puissent percevoir les vibrations. Je comprends que ça peut amener, peut-être, certaines inquiétudes. »

Daniel Paré invite d'ailleurs les citoyens qui auraient des questions à contacter la mine.

La seule plainte mais...

Sébastien Petitclerc est convaincu de ne pas être seul dans sa situation et indique que d'autres lui ont partagé leurs histoires.

Il a d'ailleurs envoyé une lettre anonyme la semaine dernière, invitant des citoyens touchés à entrer en contact avec lui afin d'avoir d'autres dossiers à présenter à la minière.

Le citoyen assure qu'il n'en a pas contre la mine, qu'il qualifie de société responsable, ni même contre la municipalité, qui ne l'appuie pas, selon ses dires.

Depuis sa sortie dans les médias, Sébastien Petitclerc dit être victime d'une pression sociale énorme et considère même abandonner les démarches.

L'histoire a pris une ampleur démesurée, et il a d'ailleurs décliné notre demande d'entrevue.

Il dit toutefois espérer encore un règlement à l'amiable.