Prévention des violences à caractères sexuels: l'UQAT a sa politique, le Cégep attend

Plusieurs cégeps et deux universités du Québec tardent à se conformer à la nouvelle Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel sur les campus. Ils avaient jusqu'au 1er janvier 2019 pour, notamment, adopter une Politique à cet effet et jusqu'au 1er septembre pour la mettre en oeuvre.

 

Le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur a mis en ligne jeudi la liste de ceux s'y étant conformés, mettant ainsi de l'avant les retardataires.

L'UQAT a adopté la sienne avant les Fêtes et elle sera effective à la rentrée prochaine. La secrétaire générale, Martine Rioux, explique qu'un comité composé d'étudiants et d'employés sera formé dans les prochains mois, comité qu'elle présidera. Elle explique sur quoi le comité aura notamment à travailler.

« La Politique prévoit déjà les paramètres avec lesquels on devra travailler, mais il faudra donc organiser les formations qui seront offertes autant aux étudiants qu'aux employés, la manière que devra se faire le dépôt des plaintes. On a mis dans la Politique que ce serait traité à l'extérieur de l'université pour garantir la confidentialité. »

- Martine Rioux

Une autre politique sur l'ensemble des incivilités existait déjà à l'université. De l'aide est offerte aux gens qui souhaitent dénoncer des comportements violents ou à caractère sexuel. L'UQAT estime qu'il y a eu une belle mobilisation derrière l'élaboration de cette Politique, qui envoie un message d'unité claire au sein de l'établissement.

En mars pour le Cégep

Du côté du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, la politique est prête, mais ne sera adoptée qu'en mars prochain. En entrevue à la radio de Radio-Canada, le directeur général Sylvain Blais expliquait que l'institution souhaitait prendre plus de temps pour consulter l'ensemble de ses intervenants afin d'assurer une meilleure adhésion à la Politique qui sera mise en place.

L'établissement en est à réviser l'ensemble de ses politiques depuis trois ans. Il a aussi assuré en entrevue que la Politique sera mise en oeuvre à temps. Le cégep a toutefois une politique en matières d'inconduites en général qui est déjà en place.

Il est bon de savoir que l'article 16 de la Loi précise que « Tout établissement d'enseignement qui fait défaut de se conformer à l'une des obligations prévues par la présente loi peut se voir imposer des mesures de surveillance et d'accompagnement par le ministre. »